Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

20 septembre 2017

Saint Martin

Vous êtes au courant? Notre président de la république bien aimé s'est donné la peine de se rendre à Saint Martin. Qu'est-il allé faire si loin? Etant donné que les gendarmes en service sur cette île avaient besoin de renforts pour lutter contre le pillage auquel s'adonnaient joyeusement quelques dangereux voyous, j'avais imaginé que le beau, le grand, le magnifique Macron, tel un Rambo, allait sauter en parachute sur Saint Martin, en tirant des coups de mitraillette d'une main, et des coups de canon de l'autre, de manière à mettre les pillards en déroute. Et qu'ensuite, pendant qu'il allait s'engager dans un féroce combat au corps à corps pour achever les irréductibles voyous résistant encore, on allait lui parachuter son bleu de travail, sa caisse à outil, une pelle et une pioche, afin qu'il pût déblayer les décombres et remettre les habitations de Saint Martin en état.

Et bien non! A la place, mon poste de télévision à moi, que j'ai payé avec mes sous, m'a montré un Macron bien reposé, en bras de chemise, la cravate volant majestueusement au vent, qui descendait tranquillement d'un avion déjà posé au sol. Et croyez-moi, je ne sais pas qui a lavé sa chemise, ni avec quelle lessive, mais elle était d'un blanc parfait, même en pleine lumière. Et bien répassée, avec ça. C'est bien simple, elle était impeccable malgré les fatigues du voyage! Oui, mais moi qui croyait qu'il allait là-bas pour secourir héroïquement les habitants de Saint-Martin en y rétablissant l'ordre républicain et en reconstruisant ce qui a été détruit par l'ouragan, je me demande maintenant pourquoi il a fait un si long voyage qui nous coûte si cher, à nous, contribuables. Il est allé là-bas juste pour nous faire voire qu'il a une belle chemise bien blanche et bien repassée? Parce que, si j'ai bien compris, ce n'est pas lui qui va lutter contre les pillards, ni lui qui va reconstruire, ni étudier comment il faut s'y prendre. Et ça vaut mieux, car il faut que tout cela soit fait par des experts. Et que je sache, il n'est ni gendarme, ni fantassin, ni expert en arts martiaux, ni architecte, ni maçon, ni électricien, ni plombier, ni ingénieur des travaux publics et du bâtiment. C'est à dire qu'il n'est rien de ce dont ils ont besoin sur le terrain! 

Alors, encore une fois, qu'est-il allé faire là-bas? Il y est juste allé promener sa belle chemise blanche enveloppant son beau corps d'athlète aux larges épaules musculeuses? Car si c'était pour prendre des décisions politiques, accorder de l'argent et d'autres moyens, il n'avait qu'à faire tout cela d'après les rapports des experts qu'il pouvait recevoir à la seconde dans son bureau, sans que nous ayons, nous, contribuables, à payer ce que coûte ce coûteux voyage. Mais, me direz-vous à juste titre, la chaîne de télévision BVN nous a montré le roi de Hollande qui s'est rendu à Sint-Maarten, c'est à dire sur la partie hollandaise de l'île de Saint-Martin, où il a accompli des exploits linguistiques, en s'entretenant en néerlandais avec les habitants de Sint-Maarten qui la parlent également très bien, du fait que c'est tout autant leur langue que celle de sa Majesté leur roi, mais aussi l'anglais, car une partie des habitants de la partie hollandaise de cette île sont anglophones. Et nous sommes bien obligés de reconnaître que notre président bien aimé n'a pas accompli de tels exploits linguistiques lors de ce voyage à Saint Martin. Et en plus, ce roi avait, lui aussi, une très belle chemise bien propre. Ces exploits linguistiques et cette belle chemise avaient-ils pour but d'humilier Macron en étalant la supériorité de son grand royaume sur notre petite république couverte de dettes? 

Mais après ces quelques prouesses linguistiques et son défilé de chemise, sa Majesté le Roi des Pays-Bas s'est empressée de retourner aux Pays-bas pour s'y trouver le jour du "Koningsdag", c'est à dire ce jour de fête nationale durant lequel on sacrifie au culte de sa majestée, car "de koningsdag", c'est le jour du roi, qu'on célèbre le jour de son anniversaire, (verjaarsdag). Ma foi, si les Hollandais sont contents de payer un beau voyage pareil à leur roi qui n'a rien d'autre à faire que d'assister à des fêtes données en son honneur, puisqu'il règne, mais ne gouvernement pas, grand bien leur fasse. Mais moi, je n'aime pas que nos élus s'amusent avec notre argent. D'autant plus que le beau Macron a joué les guides touristiques en emmenant plusieurs hautes personnalités avec lui, dont nous payons également le voyage et tous les frais qu'un tel voyage accasionne!

Mais, me direz-vous encore à juste titre, si Macron n'était pas allé là-bas, on le lui aurait reproché. Oui, et c'est bien ce que je reproche à ceux qui le lui reprocheraient! En fait, de même que ses prédécesseurs et tous ses semblables en de telles occasions, nos élus se précipitent sur les lieux de la catastrophe, comme si leur présence sur les lieux de la catastrophe était utile, alors qu'elle ne peut que nous coûter cher et gêner les secours. Du coup, nous le savons bien, dans tous les cas, ces déplacements ne sont utiles qu'à leur popularité, alors qu'ils sont payés avec nos impôts, ce qui me donne de l'uticaire.

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disiait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce brave Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas. Et pourquoi ne pas vous abonnez?

Bise            

Posté par 161171 à 18:52 - Permalien [#]


18 septembre 2017

La pensée unique et la Le Pen

Vous êtes au courant? Il n'y a pas bien longtemps, pour célébrer ce qu'on appelle la rentrée politique, ils ont marqué dans mon téléviseur que cette rentrée est difficile, et que la belle Marine Le Pen reproche la pensée unique. Evidemment, sensible que je suis, j'ai éprouvé beaucoup de chagrin en apprenant que la rentrée politique est si pénible pour notre classe politique. D'autant plus que peu de temps auparavant, la télévision m'avait déjà sensibilisé sur la rentrée difficile de ces pauvres petits enfants traumatisés lorsqu'ils doivent quitter les jupons de leur mère pour aller à l'école. Surtout quand c'est la première fois! Ce n'est pas difficile, dans les deux cas, j'étais tellement ému, que j'en ai pleuré. Et, tout à mon chagrin, j'ai failli oublier le truc de la pensée unique de la mère Le Pen qui, en réalité, est la fille du père Le Pen. Mais, heureusement, me ressaisissant courageusement, j'y suis revenu, à son affaire de pensée unique!

Moi, Régis Ducon Lajoie la Marée Monte, si j'osais, comme il m'est déjà parfois arrivé de le signaler, ce n'est pas la pensée unique de notre classe politique et de nos maîtes à penser, que je reprocherais, mais leurs pensées. Toutefois, ne vous méprenez pas sur ma petite personne. Je reconnais à chacun le droit absolu de penser ce qu'il veut, mais j'aime aussi demander si c'est vrai que moins on pense quoi que ce soit de quoi que ce soit, moins on pense de bêtises, ou est-ce que, au contraire, moins on pense quoi que ce soit de quoi que ce soit, plus on pense de bêtises? Dès que vous aurez trouvé la réponse à cette question, question toute simple que bien des gens n'arrivent pourtant pas à comprendre du premier coup, je suppose que, vous aussi, vous reprocherez à nos maîtres de vouloir mener le monde selon ce qu'ils pensent, au lieu d'essayer de le mener en fonction de ce qu'on sait. Surtout quand ce que se permettent de penser les uns et les autres est en contradiction absolue avec ce qu'on sait pourtant pertinemment.

Et vous reprocherez peut-être aux journalistes de toujours demander à leurs invités ce qu'ils pensent sur le sujet traité au cours d'une émission, au lieu de leur dire: "Que savez-vous à ce sujet? Si vous ne savez rien, taisez-vous et personne ne vous reprochera de garder le silence, mais si vous parlez de ce que vous ne connaissez pas, tout ce que vous direz sera retourné contre vous." Il se pourrait même que vous arriviez à la conclusion que nos dirigeants devraient avoir l'obligation de nous gouverner en pensant à tout, sans rien oublier, tout en se gardant bien de penser quoi que ce soit, de quoi que ce soit, ce qui leur éviterait de courir le risque de penser des bêtises, et de les mettre en pratique, ce qui nous coûte toujours très cher, à nous, les petits citoyens.

Il m'arrive parfois de rappeler que pendant fort longtemps, au conseil du Roy, un des grands seigneurs conseillés du Roy disait: "Voyez-vous, Sire, je crois qu'il faut faire ceci, je pense qu'il faut faire cela, parce que je pense ceci et je pense cela." Tout de suite après, un autre de ces grands seigneurs disait qu'il croyait et pensait autre chose, voir même le contraire, parce qu'il pensait ceci et pensait cela. Et les affaires du Roy allaient fort mal, et elles continuèrent à aller fort mal jusqu'au jour où Richelieu siégea parmi les grands seigneurs conseillers du Roy. Lui, au lieu de croire et de penser quoi que ce soit de quoi que ce soit, veillait à penser à tout et se tuait au travail, et tuait ses collaborateurs au travail pour savoir absolument tout ce qu'on pouvait savoir sur les sujets à traiter. Si bien que lorsqu'il prenait la parole au conseil du Roy, il ne disait pas pas: "Je crois et je pense tout ce que je crois que je pense." Il disait tout simplement: "Après avoir étudié la question, voilà tout ce que nous savons. A partir de ce que nous savons, il n'y a que deux ou trois possiblités d'action, chacune présentant des avantages et des inconvénients qui sont les suivants." Et après avoir énuméré les avantages et inconvénients indéniables de chaque possibilité, il déclarait: "A vous de choisir, Sire."

On cessa ainsi de gouverner le royaume d'après ce que pensaient les conseillés du Roy qui se chamaillaient parce que chacun pensait le contraire de ce que pensait l'autre, ou d'après ce qu'ils pensaient tous à la fois, tout comme on gouverne aujourd'hui selon ce que pensent nos politicards qui se chamaillent parce que chacun se permet de penser ce qu'il a envie de penser, ou d'après ce qu'ils pensent tous à la fois. A la place, grâce au laborieux Richelieu, les décisions du Roy furent prises d'après ce qu'on savait de la réalité! Et, à partir de ce moment, les affaires du Roy allèrent de mieux en mieux, au lieu d'aller de plus en plus mal. Alors, mes bien chers frères, mes bien chères soeurs, et les autres, vous comprendrez pourquoi je reproche à la petite Le Pen de reprocher la pensée unique, au lieu de reprocher à ses semblables de vouloir gouverner selon leurs pensées. A la place, elle ferait bien de se taire quand elle ne sait pas, puis d'imiter Richelieu et de proposer de gouverner comme lui, selon ce qu'on sait, et de demander respectueusement à ceux qui ne savent rien, de fermer leur gueule. A moins, bien sûr, qu'ils l'ouvrent juste pour reconnaître leur incompétence. 

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce brave Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Et pourquoi ne pas vous abonner? Vérifiez, mais il me semble que c'est gratuit. A un prix pareil, moi, à votre place, je n'hésiterais pas.  

Bise                    

      

Posté par 161171 à 08:27 - Permalien [#]

14 septembre 2017

Plus de voitures dans Paris

Vous êtes au courant? Les riverains de certaines artères parisiennes se plaignent que l'air devient de plus en plus irrespirable dans leur quartier. Ce phénomène n'est pas nouveau, puisque des amis parisiens et moi-même avions eu l'impression que la pollution produite par les voitures avait augmenté au point que nous sentions la différence, et cela dès que le beau Delanoë fut le maire bien aimé des Parisiens. Ma vie ne vous intéresse peut-être pas, mais sachez quand même que jusque-là, lorsqu'une de mes filles parisiennes avait un problème de robinet, avec ou sans inondations, ou une partie de son installation électrique à remettre en état, avec ou sans risque d'incendie, je chargeais mon matériel de professionel dans mon véhicule, et je trouvais toujours le moyen de me garer assez prêt pour effectuer les travaux au plus vite. Et c'était pareil lorsque j'effectuais des travaux chez un client parisien. C'était parfois difficile, mais je finissais quand même toujours par y arriver.

Tout d'un coup, à peine le Delanoë fut-il arrivé à l'hotel de ville de Paris, que je dus souvent tourner en rond sans pouvoir rejoindre l'adresse où je devais travailler, parce que le nouveau maire de Paris, voulant faire diminuer le nombre de voitures circulant dans sa ville, essaya de nous dégouter de rouler dans Paris, en nous imposant tout un ensemble de sens obligatoires et interdits qui nous faisaient tourner en rond. Pour être encore plus sûr de nous faire tourner en rond dans les embouteillages, cela fut combiné avec une diminution importante des places de parking. A tel point qu'il m'est arrivé de bloquer la circulation pour décharger mon matériel sur le trottoir, d'aller me garer hors de Paris et de revenir par les transports en commun, pendant que quelqu'un surveillait le matériel déposé sur le trottoir. De nombreux citoyens furent alors dégoutés de conduire dans Paris, certes, ce qui fit peut-être diminuer le nombre de voitures dans Paris, certes, mais comme il faut bien que le travail se fasse, ceux qui, comme moi, devaient travailler dans Paris, passèrent deux ou trois fois plus de temps dans les embouteillages pour aller chez les clients. Trois fois plus de temps à tourner en rond avec deux fois moins de voitures, ça fait quand même beaucoup plus de pollution! Et il me semble que personne ne peut prétendre que les aménagements voulus par Delanoë la firent diminuer, la pollution, car non seulement nous avions un nez qui nous indiquait qu'elle augmentait avec les embouteillages, mais les services compétents nous indiquent que la pollution ne cessa et ne cesse d'augmenter dans Paris, malgrè ces aménagements. (Certains diront probablement, à cause de ces aménagements)

Maintenant, après avoir interdit de faire du feu dans la cheminée parce que ça pollue, la belle madame Idalgo ne veut plus de voitures dans sa belle ville. Et il faut bien le reconnaître, sans aucune voiture dans une ville, les voitures ne polluront plus cette ville. Pas vrai? N'est-ce pas à cause de l'échec des mesures précédentes qu'on en arrive là, à Paris et ailleurs? Oui, mais en même temps, on veut toujours plus de logements dans ces villes, notamment des logements sociaux, ce qui signifie plus d'habitants et plus d'activités humaines, donc plus de pollution. A moins que les activités humaines, dont l'indispensable activité économique qu'on ne trouve jamais suffisante pour satisfaire les besoins, ne se patiquent autour de la ville, ce qui polluera tout autant, mais en dehors des villes. Voilà une bonne idée pour en finir avec la pollution dans les villes, mais cette pollution retournera inévitablement dans les villes, après avoir affecté la campagne alentour! Et j'aimerais que la belle madame Idalgo qui a de si belles idées vienne m'aider à porter ma caisse à outils, plus les chignoles, les gaines électriques, les couronnes de fil, les sacs de plâtre, le poste à souder etc, etc. Vous me direz qu'étant à la retraite, je n'ai plus à porter tout ça, et vous aurez raison. Oui, mais et les autres?   

Et pourquoi ne ferait-on pas diminuer le nombre d'habitants dans Paris? Vous n'allez peut-être pas le croire, mais à pollution égale par habitant, il y a deux fois moins de pollution avec deux fois moins d'habitants, ce qui n'empêche pas d'essayer de faire baisser le taux de pollution par habitant, alors que moins de pollution par abitant, avec un nombre d'habitants qui ne cesse d'augmenter, ça finit toujours par faire augmenter la pollution. Malheureusement, il semble que madame Idalgo et le reste des grands de ce monde, parmi lesquels il faut compter les vedettes des mouvements écologistes, n'aient pas compris cela pour leur ville, pour leur pays, pour leur continent, pour la planète. Car, comme je ne cesse de le rabâcher parce que je suis un vieux rabâcheur, si on ne met fin à la poussée démographique qu'on nous dit indispensable, nous finirons par avoir un habitant au mètre carré sur toute la planète, et la planète n'y résistera pas. Donc, faire diminuer le taux de pollution par habitant ne résoudra rien si on ne met pas fin cette poussée démographique qu'on prétend indispensable. Et en plus, je suppose que la belle Idalgo ne veut plus qu'on roule en voiture à Paris, mais qu'elle veut quand même que nous achetion le plus de voitures possible pour soutenir l'industrie automobile, sans laquelle le nombre de chômeurs va augmenter dans des proportions intenables pour tout le monde, y compris pour Paris et ses habitants.

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quans il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce brave Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui de la PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Et pourquoi ne pas vous abonner? Je crois que c'est gratuit. Moi, à ce prix-là, je n'hésiterais pas.

Bise             

Posté par 161171 à 08:27 - Permalien [#]

12 septembre 2017

Réforme du code du travail

Vous êtes au courant? Notre nouveau gouvernement bien aimé vient de nous annoncer ce que sont les belles réformes du code du travail qu'il nous offre généreusement. J'imagine qu'elles sont belles et bonnes, car si ce n'était pas le cas, on se demanderait pourquoi ils les ont faites, au lieu de profiter tranquillement de l'argent du contribuable qu'ils reçoivent, au lieu de se fatiguer à nous pondre ces réformes. N'est-ce pas? Mais pour être franc, je ne sais pas en quoi elles consistent, car je ne me suis pas donné la peine de les étudier. Je les déclare donc merveilleuses juste parce que, par moments, je suis d'un optimiste maladif. Toutefois, pour merveilleuses que puissent être ces merveilleuses réformes que notre merveilleux gouvernement nous offre, elles ne plaisent pas à Poutou. Je le sais, il est venu le dire dans mon poste de télévision à moi, que j'ai payé avec mes sous. 

Il est tellement mécontent de ces réformes, le Poutou, qu'il a dit qu'il faut descendre manisfester dans la rue. Evidemment, quand il parle, je n'ai pas l'impression qu'il sache lire et écrire. Si je m'en tenais à mon impression, je dirais qu'il sait lire et pas écrire, ou qu'il sait écrire, mais qu'il ne sait pas lire. Ou alors, qu'il sait parfaitement lire et écrire, mais qu'il ne comprend rien de ce qu'il lit et écrit. Si jamais la réalité correspond à mon ilmpression, ça doit être dur, pour lui, de comprendre quelque chose à ces réformes. Mais, heureusement, son fond de commerce, à lui, c'est d'être opposé à tout, sauf à la protestation et à la grève, ce qui fait qu'il n'a pas besoin de comprendre, puisqu'il doit juste dire qu'il est contre, qu'il faut protester et faire la grève. Il peut aussi se contenter de répéter ce que dit Mélenchon qui n'est pas d'accord, lui non plus. Pas tout ce que dit Mélenchon, bien sûr, il parle trop et trop bien, le Mélenchon, pour qu'on répète et comprenne tout ce qu'il dit. Heureusement qu'avec lui aussi, en comprenant juste qu'il s'agit de protester et de faire la grève, on est sûr de ne pas se tromper. La preuve, c'est qu'il a déclaré que ces réformes sont un hold up social!

C'est beau comme formule et, contrairement à Poutou, quand il parle, le Mélenchon, que ce soit à tort ou à raison, j'ai l'impression qu'il sait lire et écrire et qu'il comprend tout mieux que tout le monde. Du coup, comment peut-on expliquer que de mauvais esprits prétendent que, tout au long de sa carrière politique, il ait tellement raconté et fait tellement de choses contradictoires? Vous le croyez, vous, qu'il a raconté et fait des choses contradictoires au cours de sa carrière politique? Moi, je ne le crois pas. Seul de mauvais esprits réactionnaires et rétrogrades se permettent de prétendre des choses pareilles. Et ces mauvais esprits réactionnaires et rétrogrades auront même l'audace d'ajouter que si les actions et propos contradictoires de Mélenchon ne sont pas le fruit de sa bêtise, c'est forcément de la malhonnêteté! Mais ces mauvais esprits devraient faire attention à ne pas dépasser les bornes, parce que ça pourrait leur coûter cher. C'est qu'il n'a pas l'air commode, le Mélenchon. N'est-ce pas? C'est pourquoi, pour ma part, si jamais c'est vrai qu'il a dit et fait des choses contradictoires, j'en déduirai simplement que c'est moi qui ne comprends pas ce que produit la géniale cervelle de ce génie.

Et ce que je ne comprends pas du tout, si d'après des gens comme Mélenchon et Poutou, les réformes du code du travail ne sont pas assez généreuses à l'égard des camarades salariés, c'est pourquoi des génies comme le Mélenchon et Poutou ne créent pas, et n'ont pas crée depuis longtemps, des entreprises offrant à leurs employés les conditions de travail, les salaires et tous les avantages qu'ils trouvent légitimes. Car, vous l'aurez certainement compris, vous, aucune loi ni aucun règlement se trouvant dans ce nouveau code du travail, dans le précédent, ni ailleurs, n'interdit, ni n'a jamais interdit à Mélenchon et à Poutou de créer des entreprises pour accorder tous les salaires et avantages que de grands Mélenchon ou des petits Poutou pourraient vouloir accroder à leurs employés. Puisque rien ne le leur interdit, ni ne le leur a jamais interdit, qu'attendent-ils pour concurrencer les mauvais patrons? Si jamais ils nous répondent qu'ils ne savent pas comment faire cela, où qu'ils ont autre chose à faire, c'est là que, j'en suis sûr, de mauvais esprits vont les prendre à la fois pour des bons à rien et pour des pourris. Les gens sont si méchants.

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée monte.

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce brave Régis à concocté pour vous amuser ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui surtout de la PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas. Et pourquoi ne pas vous abonner? Vérifiez mais, si j'ai bien compris, c'est gratuit. Moi, à ce prix-là, j'en profiterais.

Bise      

         

   

Posté par 161171 à 08:53 - Permalien [#]

09 septembre 2017

Bénéfice brut

Vous êtes au courant? Il n'y a pas bien longtemps, il me semble que c'était sur la 2, mais comme je suis capable de me tromper, vérifiez, car c'était peut-être sur une autre de nos chaînes françaises bien aimées, une belle madame nous a expliqué ce qu'est le bénéfice brut de la grande distribution. Et où j'ai bien compris que cette belle madame est une grande spécialiste de haute école, c'est que je n'ai pas compris ce qu'elle a dit à ce sujet. Par contre, ce que j'ai bien compris, c'est que ce bénéfice brut correspond à 190% du prix d'achat de ces entreprises. Ce qui, reconnaissez-le, est énorme! Mais cette belle madame m'a fait penser à Coluche qui disait: "Un technocrate, c'est un mec que tu lui poses une question, et quand il a finit de répondre, tu comprends plus la question qu't'as posé." Et ça me fait aussi penser à ma grand-mère, qui parlait le français beaucoup mieux que Coluche sans avoir beaucoup été à l'école, et qui m'expliquait tout simplement que le bénéfice brut, c'est la différence qu'il y a entre le prix auquel un commerçant achète sa marchandise, et le prix auquel il la revend. Et vous aurez peut-être du mal à le croire, mais de petits instituteurs de l'époque qui n'avaient pas encore droit au titre ronflant de professeur des écoles expliquaient exactement la même chose, et ça, même les tous petits enfants comme celui que j'étais à l'époque, le comprenaient. 

Non seulement la belle madame dont il est question plus haut n'a pas expliqué ce qu'est le bénéfice brut d'une manière que ma petite cervelle peut comprendre mais, après avoir mentionné le taux du bénéfice brut de la grande distribution, elle n'a pas dit que sur cette marge brute, ces entreprises doivent payer les salaires de leur personnel, avec les charges, l'eau, le gaz, l'électricité, l'entretien des locaux, toutes sortes de taxes et tellement de trucs, de bidules, de choses et de machins perfetatoires, que leur bénéfice net oscille entre 0,7 et 1,8%, et que le bénéfice net, c'est ce qui leur reste pour vivre de leur travail quand ils ont tout payé. Et, sans tomber dans la sensiblerie qui nous ferait pleurer sur leur sort, après avoir payé tellement de taxes et cotisations en tous genres, les bénéfices nets étant des revenus, ils doivent encore payer des impôts sur le revenu sur leur bénéfice net de 0,7 à 1,8%.

Pourquoi une belle madame si instruite qu'on ne comprend pas ses explications se contente-t-elle de nous parler du bénéfice brut qui représente 190% du prix d'achat de la grande distribution, sans spécifier qu'avec un si gros bénéfice brut, ils ne se mettent que moins de 2% de bénéfice net dans la poche? Est-ce de l'incompétence, ou du mensonge par omission? Surement ni l'un ni l'autre, répondrai-je, car rien que poser la question est insultant pour cette belle madame. Oui, mais alors, quoi?

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point. "

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte.

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce brave Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Bise.                    

Posté par 161171 à 08:51 - Permalien [#]


06 septembre 2017

Draghi et Janet Yellen

Vous êtes au courant? Draghi et la belle Janet Yellen viennent de déclarer que la reprise économique mondiale reprend plus vite que prévue. Hélas, si ce sont eux qui ont prévue la vitesse de la reprise économique, ça veut dire qu'ils se sont trompés. De là à imaginer que des gens qui se trompent comme ça sont des incapables qui ne sont même pas capables de prévoir la vitesse de la reprise économique, il n'y a qu'un petit pas à franchir que je franchirais allègrement, si j'osais, mais je n'ose pas. Par contre, si jamais ils insistent encore un peu, ils vont me convaincre que je suis un vrai petit génie. Vous me direz que je n'ai certainement pas besoin d'eux pour me prendre pour un génie, parce que je suis exactement comme vous, et que, à part ceux qui souffrent de graves complexes et doivent se faire soigner, chacun de nous se prend pour une vraie petite merveille dont le génie étincelle au soleil de midi. (Si ça, ce n'est pas de la poésie, qu'est-ce que c'est?) 

Mais Janet et Draghi me flattent quand même, car j'ai écrit un texte sur ce blog alors que François II de Hollande venait juste d'être élu président de notre belle république, dans lequel j'expliquais qu'il fallait s'attendre à une reprise économique mondiale dont allait profiter la France et qui allait commencer un ou deux ans avant la fin du mandat du beau François chéri de ces dames, et peut-être aussi de certains messieurs, et que comme cette reprise allait monter en puissance, le beau François ne pouvait pas manquer de s'en attribuer le mérite, afin de gagner les prochaines présidentielles. Et la reprise est bien là, elle a bien commencé comme je l'avait prévue, le François et ses copains ont bien essayé de s'en attribuer tout le mérite, mais ils n'ont pas convaincu, ce en quoi je m'étais trompé. Mais reconnaissez que je ne pouvais pas prévoir qu'il allait être si mauvais! Ou alors, il l'a fait exprès pour me faire passer pour un imbécile.

Mais le beau Draghi, avec son irrésistible charme italien, et la belle Janet dont le charme américain est tout aussi évident, ont déclaré que l'ennemi de cette merveilleuse reprise, dont Macron, je suppose, ne manquera probablement pas de s'attribuer tout le mérite, c'est le protectionnisme et l'arrêt de la mondialisation. Et là, mes biens chers frères, mes bien chères soeurs, et les autres, je ne sais pas combien les grandes firmes multinationnales leur ont donné, mais il est bien évident que la globalisation profite avant tout aux multinationnales, tout comme l'absence de protectionnisme permet à ces grandes multinationales de réaliser de gros bénéfices, en achetant et en produisant à bas prix dans des pays où les coûts de production sont inférieurs, pour vendre cher chez nous et dans les pays où les prix de vente sont supérieurs parce que les coûts de production y sont supérieurs. Et il est tout aussi évident que le protectionnisme et l'arrêt de la globalisation nuisent en premier lieu à ces grandes firmes multinationales, mais pas à la petite entreprise française qui doit faire face à la concurrence des multinationales qui produisent dans des pays où les coûts de production sont nettement inférieurs, et vendent chez nous sans payer des droits de douanes qui rétablissent l'équilibre. Au contraire, en l'absence de tout protectionnisme, la petite entreprise française, face à cette concurrence, n'a plus qu'à faire faillite, ou à délocaliser. Ce qui, bien entendu, fait perdre des emplois chez nous, et fait donc diminuer les recettes tout en faisant augmenter les dépenses sociales. Pas vrai qu'il faut vraiment être aveugle pour ne pas voir ça? 

D'ailleurs, bien que Trump étant le personnage qu'il est, n'inspire que répugnance à bien des membres de l'espèce humaine, avec sa politique protectionniste à peine commencée, le nombre de chômeurs américains est aujourdh'ui le plus bas depuis fort longtemps. Si je ne m'abuse, depuis plus de 16 ans. Certains vous diront que ça n'a aucun rapport, mais il faut bien reconnaître que, à peine la politique protectionniste de Trump fut-elle annoncée, des firmes s'empressèrent d'investir aux USA pour produire aux USA ce qu'elles vendent aux USA, et renoncèrent à investir dans des pays étrangers pour produire à l'étranger ce qu'elles vendent aux USA. Mais lorsqu'on parle de protectionnisme, on entend immédiatement crier à la xénophobie, au populisme, au fascisme, et j'en oublie. N'est-ce pas? Tout cela est crié tellement fort sur tous les tons, que ça congestionne la cervelle à tel point qu'on ne comprend même plus que quand il pleut, il tombe de l'eau. Annoncer que quand des entreprises peuvent produire dans un pays où les coûts de production sont inférieurs, pour vendre chez nous où les coûts de production sont plus élevés, nos entreprises ne peuvent pas résister à cette concurrence, n'est pas une opinion, mais un fait. Et à moins qu'il y ait des droits de douane suffisants pour rétablir l'équilibre, nos entreprises font faillite l'une après l'autre, ce qui profite encore plus aux grandes multinationales, ou doivent délocaliser pour faire face à cette concurrence. 

Mais, me direz-vous, Draghi et la belle Jajet Yellen sont certainement des gens intègres qui n'ont pas été payés par de grandes firmes multinationales pour dire ce qu'ils disent, et je veux bien vous croire, mais si c'est vrai, c'est encore plus grave, car cela signifie que de si grands personnages ne comprennent même pas ce que vient d'expliquer un Régis Ducon Lajoie la Marée Monte! Pas étonnant qu'ils n'aient pas été capables de prévoir la rapidité de la reprise économique!

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte.

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce brave Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de la PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas. 

Bise              

Posté par 161171 à 08:45 - Permalien [#]

04 septembre 2017

Nicolas Hulot

Vous êtes au courant? Nicolas Hulot est notre ministre bien aimé de l'environnement, ou de quelque chose comme ça. Et c'est formidable! Depuis le temps qu'il fait des efforts pour y arriver! Evidemment, vous aurez toujurs de mauvais esprits pour déclarer qu'avec la carrière qu'il a derrière lui, on peut se demander si ce monsieur ne se sert pas plus de la cause, qu'il ne sert la cause. Il est vrai qu'il n'a jamais eu faim, lui. Au contraire, il a toujours vécu comme une grande vedette de la télévision. C'est vrai, nous devons bien le reconnaître, mais c'était parfois dur, car c'est dur d'être une grande vedette de la télévision qui voyage aux quatre coins du monde en étant bien payé pour ça, au lieu de devoir payer son billet d'avion, son hôtel, son restaurant, et tout le reste! Vous me direz que si ce monsieur trouvait son travail trop dur, il aurait pu essayer de travailler comme ouvrier sur les chantiers. Mais aurait-on voulu de lui comme ouvrier sur les chantiers? Quoi que, de toute façon, moi, à sa place, je ferais comme lui; j'ai le sens du devoir tellement développé, que je préfèrerais un poste de ministre à un bon travail sur les chantiers. Pas vous? Non? Alors c'est que vous n'avez jamais travaillé sur les chantiers. Mais tout cela, ce sont des ragots! Maintenant qu'il est ministre de l'environnement, ou de quelque chose comme ça, ce qui compte, c'est son action en tant que ministre de l'environnement, ou de quelque chose comme ça.

Et il n'y a pas à dire, à peine arrivé, il fait déjà parler la poudre, puisqu'on nous annonce que la vente des véhicules consommant des hydrocarbures sera interdite en France dans quelques dizaines d'années. Evidemment, il y aura encore quelques mauvais esprits pour déclarer qu'on ne sais pas du tout combien cela va coûter au citoyen de base, et on va bien se garder d'aborder le problème de cette façon, parce qu'il ne faut surtout pas que le citoyen de base comprenne que c'est lui qui va payer la facture. Et pourtant, il faudra bien payer ce que coûtera la mise au point d'autres systèmes et, à moins que les patrons de l'industrie automobile aillent faire des ménages pour financer leurs coûts de production dont ces recherches feront partie, ces dépenses seront forcément incluses dans le prix de vente des véhicules, c'est à dire payées avec notre argent, à vous et à moi. Mais dès l'instant où il s'agit de sauver la planète.... 

Et alors que tous les bons citoyens se réjouissent de cette décision prise sous l'autorité de notre ministre bien aimé Nicolas, les mauvais esprits feront encore remarquer que, pour l'instant, les systèmes de remplacement du moteur thermique ne sont pas du tout au point, et que rien ne prouve qu'ils le seront avant la date prévue de l'interdiction des moteurs actuels, ni même qu'ils le seront un jour.

Et maintenant, Moi, le grand Régis Ducon Lajoie la Marée Monte, j'ose faire remarquer qu'à part le moteur électrique dont on nous parle tant mais qui n'est pas encore vraiment au point, je ne vois pas d'alternative, et que les voitures à moteur électrique polluent tout autant que les autres, voir même plus, bien qu'elles polluent en amont, au lieu de polluer là où on les utilise. Mais personne ne le dit, à part ce pauvre Régis Ducon Lajoie la Marée Monte, qu'on traite de con dès qu'ils le dit. Et comme je suppose que vous n'allez pas me croire, je vous demande de vérifier, et vous verrez que pour produire de  l'énergie électrique, il faut transformer une énergie mécanique, (celle produite par un groupe électrogène qui brûle du carburant comme votre voiture actuelle, celle de l'eau avec les barrages et leurs énormes nuisances, celle du vent avec les éoliennes et leurs nuisances qui ne sont pas minces si on compte les quarante tonnes de béton et de ferraile qu'on met dans le sol pour les maintenir, les panneaux solaires et leurs nuisances qui ne sont pas petites, elles non plus, les centrales thermiques et leurs nuisances, et les centrales nucléaires avec leurs nuisances et le risque) en énergie électrique. Et il faut transporter cette énergie au moyen de lignes électriques avec leurs nuisances et la transformer avec des transformateurs et leurs nuisances. Entrez dans le détail, et vous constaterez que c'est encore pire que ça. Imaginez un peu le résultat lorsque, en plus du courant électrique dont nous avons déjà besoin actuellement, toutes les voitures seront électriques. Surtout avec la poussée démographique qui est à prévoir. Une entreprise japonaise à déjà signé un contrat pour couvrir un bonne partie du Sahara de panneaux solaires. Calculez les conséquences et imaginez bien la suite.

Evidemment, quand ils auront bien tout vérifié et tout bien calculé, je parie que les mauvais esprits auxquels je fais allusion plus haut vont encore déclarer qu'après avoir fait son cinéma pendant si longtemps à la télévision, Nicolas Hulot le fait maintenant dans la politique. Pour ma part, je trouve ces gens injustes. Nicolas est un très beau nom qui pourrait le conduire jusqu'à le présidence de notre belle république. Vous ne me croyez pas? Je vous jure qu'un prénom pareil à la présidence de la république, ça s'est déjà vu. Quant aux mesures annoncées, notre beau Nicolas suit le courant, bien que non seulement ces mesures risquent de ne pas avoir d'autre effet que de changer la nature de la pollution, sans la faire diminuer, mais, même si elles faisaient diminuer le taux de pollution par habitant, comprenons qu'on aura beau faire diminuer le taux de pollution par habitant, la pollution continuera à augmenter de façon mortelle pour l'humanité, aussi longtemps qu'on ne mettra pas fin à la poussée démographique qui ronge la planète comme un cancer.

Alors, me direz-vous, pourquoi cette politique spectaculaire, au lieu de concentrer tous les efforts pour mettre fin à la poussée démographique mortelle qui ronge la planète? Parce que Hulot ne vit que du spectacle qu'il nous offre pour bâtir sa carrière politique, comme l'ensemble de la classe politique à laquelle il appartient désormais. Dans ce cas, comme dans toute bonne enquète policière, il faut tout simplement chercher à qui profite le crime, que des Hulot et autres prétendus défenseurs de l'environnement soient sincères, ou pas..

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce bon Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Bise           

Posté par 161171 à 08:04 - Permalien [#]

31 août 2017

Nos valeurs

Vous êtes au courant? Au cours de l'émission spéciale La noche en 24 oras présentée au soir du 18 08 2017 par la chaîne de télévision espagnole RTVE et consacrée à l'attentat de Barcelone, bien des choses furent dites, et d'autres ne furent ni dites, ni répétées. Par exemple, au cours des dernières années, j'ai parfois entendu des journalistes participant à cette émission déclarer qu'aucun pays n'est à l'abri, mais que la France risque bien plus que d'autres de subir des attentats à cause des ghettos dans lesquels s'entassent nos immigrés. Et bien, je ne sais pas pourquoi, au soir du 18 08 2017, je n'ai entendu aucun des intervenants répéter cela au cours de cette émission. Pourquoi? Parce qu'ils avaient autre chose à penser?

On entend aussi souvent raconter, en France et à l'étranger, que c'est la misère et l'exclusion qui poussent des jeunes vers le terrorisme. Or, tout le monde le reconnaît, Ripoll, charmant endroit où vivaient les monstres qui perpétrèrent les attentats de Barcelone et Cambrils, n'a rien d'un ghetto, puisque c'est un endroit charmant où immigrés et Catalans de souche vivent ensemble en toute hamonie. Et je peux vous assurer qu'en France, il y a des endroits qu'on qualifie d'immondes ghettos, qui seraient également des endroits charmants sans la racaille qui y pourrit la vie des braves gens de toutes origines que sont leurs voisins. Mais il est tellement plus facile de braire comme tout le monde en présentant les mêmes clichés, que je vais faire comme tout le monde. C'est pourquoi je déclare comme tout le monde, que c'est la misère des ghettos qui pousse les jeunes dans les bras du terrorisme, bien que nous sachions qu'un bon poucentage des actes de terrorisme dont furent frappés plusieurs pays européens au cours des dernières années furent perpétrés par des jobards qui, après avoir fait de bonnes études, avaient obtenu un bon travail bien payé et qui, loin de vivre dans ce qu'on appelle des ghettos, possèdaient un bon logement dans un quartier agréable. Si j'osais, je rappellerais que Ben Laden n'a jamais vécu dans un ghetto, ni dans la misère, mais comme on ne me le pardonnerait pas, je me retiens.

Au cours de cette émission du 18 08 2017, une belle madame plus très jeune, donc pleine de sagesse, a également déclaré qu'il faut accueillir les immigrés, mais en gardant notre personnalité et nos valeurs. Or, si vous avez l'habitude de me lire, vous ne serez pas surpris si je déclare maintenant que nous ne pouvons pas rejeter à la mer ces malheureux qui arrivent, mais qu'il faut quand même comprendre et accepter, puisque c'est irrémédiable, que notre personnalité et nos valeurs européennes, nous allons rapidement les perdre, car à l'allure à laquelle les Africains arrivent sur le continent européen, même sans parler des autres qui viennent des quatre coins du globe, ils seront bientôt plus nombreux que nous puisque, d'après les prévisions officielles, la moitié de la population d'une ville comme Bruxelles sera déjà musulmane vers 2050. Pour que les sociétés européennes d'obédience judeo-chrétienne gardent leurs caractéristiques et les valeurs qui proviennent de leur obédience judeo-chrétienne, il y a mieux. Et il est bien évident que les immigrés arrivent, non seulement nombreux avec leurs réligions, mais aussi avec leur personnalité et leurs valeurs, à eux, qui diffèrent des notres. Et qui sont même parfois incompatibles avec les notres! Donc, belle madame, vous aurez beau dire qu'il faut garder nos valeurs et notre personnalité, dès l'instant où ils seront plus nombreux que nous, chez nous, nous ne serons plus chez nous, nous seront chez eux, et ils commanderont chez eux. Et le démocrate que je suis ajoute que c'est bien normal, parce que c'est comme ça dans une démocratie. Non?

Et c'est encore ce pauvre con de Régis Ducon Lajoie la Marée Monte, qui est obligé d'expliquer ça à une si belle madame pleine de sagesse!

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte.

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce pôvre Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui surtout de la PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas."

Bise                    

 

Posté par 161171 à 08:34 - Permalien [#]

28 août 2017

Barcelone

Vous êtes au courant? Au soir du vendredi 18 08 2017, la chaîne de télévision espagnole RTVE a consacré entièrement une édition spéciale de son émission La Noche en 24 oras à l'attentat de Barcelone qui avait eu lieu la vielle. A cette occasion, Victor Arribas, le présentateur attritré de ce programme, invita un colonel de l'infanterie espagnole, spécialiste du terrorisme. Naturellement, jusque-là, vous ne voyez rien d'amusant, ni d'interessant, pouvant justifier qu'un pitre comme moi y consacre ces quelques lignes. Et vous avez raison car, bien au contraire, je ne peux qu'associer mes pleurs à ceux des victimes et de leur famille, et crier ma révolte. C'est bien pourquoi je n'ai pas l'intention de vous faire rire avec ce qui va suivre. Je vais peut-être même vous faire pleurer, ou au moins vous donner de l'urticaire, car je relève ici que des spécialistes spécialement invités pour traiter d'un sujet à la télévision, française ou étrangère, nous racontent régulièrement ce que je nommerai pudiquement des choses étranges, et que j'ai l'impression d'être le seul à m'en rendre compte, ce qui inquiète beaucoup le petit être sensible que je suis.

Dans le cas présent, le monsieur colonel spécialiste a certes expliqué des choses intéressantes et indéniables mais, tout à coup, il a affirmé que si des islamistes commettent des attentats en Europe, c'est parce qu'on les bombarde pour les empêcher de conserver leur Etat Islamique. Ne disposant pas d'avions pour riposter en nous bombardant, ils nous envoient des gens qui commettent des actes de terrorisme. Et ce n'est pas la première fois que de prétendus spécialistes tiennent de tels propos qui, si on comprend bien, signifient que si on ne bombardait pas l'Etat Islamique, des gens ne commettraient pas d'attentats chez nous. Je ne doute évidemment pas que les islamistes de l'Etat Islamique ne soient pas contents de recevoir des bombes et qu'ils commanditent des actes de terrorisme pour se venger autant qu'ils le peuvent, mais je tiens à rappeler à ce monsieur, et à tous les spécialistes amnésiques qu'on nous montre régulièrement à la télévision, que les occidentaux, ainsi que beaucoup d'autres, étaient déjà victimes d'attentats perpétrés par des islamistes bien longtemps avant qu'on envoie des bombes sur l'Etat Islamique qui n'existait pas encore.

Et, contrairement à ce que nous racontent de nombreux spécialistes analystes journalistes en tous genres, on ne peut pas non plus dire que c'est parce qu'on a envahi l'Afghanistan, ni parce ce que les troupes de Bush envahirent l'Iraq, que des islamistes commettent des attentats chez nous, car cela faisait des dizaines d'années que les Occidentaux étaient régulièrment victimes d'attentats commis par des Islamistes, lorsque les occidentaux envoyèrent des troupes en Afghanistan. On peut même vérifier que les Américains et les Européens subirent toutes sortes d'attaques sanglantes et meurtrières pendant des dizaines d'années, sans réagir autrement qu'en protestant énergiquement, mais uniquement verbalement. Et c'est justement à cause de ces attentats répétés commis impunément par des islamistes pendant des dizaines d'années, et parce que non seulement ils ne cessaient de se multiplier, mais qu'ils montaient en puissance, que les Occidentaux débarquèrent en Afghanistan, puis que les Américains envahirent l'Iraq. Pas vrai?

Ne trouvez-vous pas ennuyeux, et même dangereux, qu'un Régis Ducon Lajoie la Marée Monte soit obligé de rappeler cela à nos grands spécialistes internationaux qui passent à la télévision, parce que personne d'autre ne le fait à travers les grands médias? Il est vrai que, contrairement à ma petite personne, certains n'étaient certes pas encore nés lorsque nous fûmes frappés pour la première fois par des terroristes islamistes, mais quand même, quand on est un spécialiste....... A moins que, chaque fois, leurs paroles ne reflètent pas exactement leur pensée, parce qu'il est difficile d'exprimer toujours parfaitemement ce qu'on veut dire dans un tel contexte? C'est possible, mais quand on est un grand spécialiste, on devrait faire attention, surtout si on est bien payé! Pas vrai?  

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce bon Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui de la PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Bise 

          

Posté par 161171 à 08:31 - Permalien [#]

24 août 2017

La taxe d'habitation

Vous êtes au courant? C'est une vraie révolution! On n'avait encore jamais vu ça! Macron veut réduire la taxe d'habitation, voir même la supprimer pour certains, ou quelque chose comme ça. En tout cas, je n'y comprends rien. Mais je sais que de nombreux maires sont fâchés à cause de cette mesure qui va les priver des ressorces financières dont ils ont besoin pour gérer correctement leur commune et appliquer les mesures décidées à Paris, sous la férule d'un Macron, ou d'un mec dans le même genre. C'est comme pour les militaires! Le grand chef Macron, avec ses copains du gouvernement, il dit: "C'est moi que je commande! C'est moi que je dis que les maires y doivent faire tout qu'est-ce que je dis, parce que c'est moi que je suis le chef, et moi je fais ce je veux avec les ressources des communes, et les maires y doivent faire tout qu'est-ce que je dis, avec l'argent qu'y zont, même quand y zen n'ont pas! Na!"

Et moi, Régis Ducon Lajoie la Marée Monte, du haut de mon petit niveau mental, je me dis que c'est facile de commander comme ça, et que même moi, je saurais le faire, si c'est pour dire qu'il faut faire ce que je veux, en exigeant que les autres fassent ce que je veux, sans leur accorder les moyens dont ils ont besoin pour cela. Et voilà qui me donne l'occasion de rabâcher qu'il faut impérativement faire la réforme constitutionnelle que je souhaite, afin de combiner la démocratie directe et ce qu'on appelle la démocratie représentative, afin de respecter la souveraineté populaire, en même temps que la réforme fiscale que je rabâche tout aussi souvent.

Pour ceux qui n'auraient pas l'habitude de venir sur ce blog pour me lire, il ne s'agit pas de supprimer la taxe d'habitation et d'en créer ou d'en augmenter d'autres pour compenser, mais de supprimer tous les prélèvements directs, qu'il s'agisse d'impôts ou de cotisations sociales, ou antisociales, et de rendre cet argent au camarde citoyen, en faisant cela de manière à ce que cet argent se retrouve dans les revenus. Et vous allez voir que si on le fait, vos revenus vont augmenter dans des proportions que vous n'imaginez même pas. Mais, me direz-vous, il faut bien financer les dépenses de l'Etat et des organismes sociaux. N'est-ce pas? Oui mais, pour cela, on garderait l'impôt sur le revenu et on financerait tout avec l'impôt sur le revenu parce que, de toute façon, qu'on le prenne d'un côté, ou de l'autre, c'est toujours nous qui payons. Ainsi, on ferait le compte de toutes les dépenses, avec ce que coûtent les fonctionnaires, l'armée, la police, les petits retraités comme moi, les gros retraités comme d'autres, la maladie, etc, etc, sans rien oublier, et on calculerait le pourcentage des revenus imposables que l'ensemble des dépenses de l'année représente. Ce pourcentage serait alors le taux d'imposition de l'année. Avec ça, plus de faillite possible, et nous en finirions avec la dette qui nous coûte si cher et qui, un jour ou l'autre, si on continue à l'aggraver, nous fera perdre notre indépendance. Et les choses seraient claires!

Pour les communes? On calculerait tout simplement l'impôts local pour financer les dépenses locales de la même façon. Et avec ça, le camarade citoyen saurait en permanence ce que lui coûte ce qui se fait, et si jamais le poucentage annuel de l'impôt national sur le revenu, plus l'impôt local sur le revenu représente 110% de ses revenus, le camarade citoyen devra tout de suite emprunter de l'argent à sa banque, rien que pour payer ses simpôts! Il se pourrait alors qu'il ne soit pas bien d'accord et qu'il demande vite à supprimer toutes sortes de dépenses utiles ou inutiles, mais qui plaisent beaucoup à nos élus et à nos maîtres à penser. Avec ce système de financiation, le camarade citoyen comprendrait vite ce que lui coûtent les beaux parleurs pour lesquels il vote. Je vous demande de bien mesurer tous les avantages qu'offrirait ce mode de financiation, et si vous le faites vraiment, il me semble que vous allez vite en tomber amoureux, et exiger que le Macron ou d'autres nous l'offrent, au lieu de s'embourber dans les bidouilles dont ils usent pour nous piquer le plus de poignon possible sans que nous comprenions qu'ils prennent dans notre poche tout ce qu'ils nous offrent, et tout ce qu'ils s'offrent. 

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour lire ce que ce brave Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui de la PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Bise                  

Posté par 161171 à 09:56 - Permalien [#]