Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

22 septembre 2018

Les derniers seront les premiers

Vous êtes au courant? Macron, président bien aimé de notre belle république, à déclaré quelque chose comme: "Il faut aider les derniers de cordée". Dit comme ça, c'est beau! On voit que ce monsieur a le sens de la formule. Quand on l'entend parler comme ça, on comprend tout de suit qu'il est allé à l'école. Les plus téméraires iront peut-être même jusqu'à croire qu'il sait lire et écrire. Mais MOI, j'ai une idée formidable! Pour suivre Macron sur ce terrain, au lieu de laisser les derniers de cordée à l'arrière, où ils se font tirer par les premiers, je propose qu'on mette les derniers de cordée devant, pour qu'ils tirent les premiers qu'on mettra derrière. Et là, après avoir lu ça, éblouis, vous allez vous dire que c'est merveileux d'avoir des mecs comme Macron et comme Régis Ducon Lajoie la Marée Monte pour présenter des formules grâce auxquelles les problèmes des pauvres qui crèvent de faim seront résolus. Ou alors, vous allez penser que je me fous de la gueule de Macron, qui se fout de la notre.

D'autant plus que c'est avec notre pognon, à vous et à MOI, que le beau Macron va généreusement aider les pauvres. Pauvres qu'il faut aider, certes, mais est-ce bien généreux d'être généreux avec le pognon des autres? Toutefois rassurons-nous car, sur la cinq, des spécialistes ont précisé que ce ne sont pas les petits retraités qui vont payer, mais les retraités des classes moyennes. Voilà qui est rassurant! Encore que, un peu plus tard, dans la même émission, les mêmes analystes ont parlé d'un retraité qui n'a que mille euros de retraite. Ils ont même insisté sur le fait que ce n'est pas un cas très rare. Et, compatissants, il y en a un qui a déclaré: "Comment peut-on vivre avec mille euros par mois?" Avec ça, nous, les Français des classes moyenne à la retraite, nous sommes abasourdis! Pas vrai? Car moi-même, petit Français moyen à la retraite, alors que j'ai même cotisé pendant quelques temps à la caisse des cadres, c'est à dire jusqu'au moment où je me suis trouvé au chômage comme beaucoup d'autres, j'ai une retraite d'environ mille deux cents euros par mois, avec un loyer de six cents euros. Après avoir payé mon loyer, il me reste évidemment le chauffage, l'eau, le gaz et le reste à payer en plus. Ce dont je n'ose me plaindre car, comme vous le savez, de nos jour, il est difficile de se loger à moins. Il me reste donc dans les six cents euros pour vivre après avoir payé mon loyer. Et pourtant, ne suis-je pas un Français moyen à la retraite? Si, bien sûr, mais un Français moyen à la retraite n'est plus un Français moyen, c'est un pauvre vieux.

C'est à ça qu'on voit la largeur et la profondeur du fossé qui sépare aussi bien nos journalistes que nos politicards de nous, la plèbe. Qu'est-ce qu'un Français moyen, pour eux? Quelqu'un qui gagne le même chose qu'eux? Le Macron et eux, ne sont-ils pas gonflés de venir parler de retraités des classes moyennes qui vont payer la note de la générosité de Macron, et de la leur? Ils oublient en effet que les gens de notre génération ont payé beaucoup tout au long de leur vie, alors qu'ils travaillaient, comme moi par exemple, soixante heures par semaine, dans des conditions que plus personne n'accepte de nos jours, à moins d'être un immigré aux abois. Il faut certes secourir ces malheureux qui meurent de vivre dans des conditions inhumaines, mais on nous a fait payer tant et plus tout au long de notre vie en nous promettant une bonne retraite en échange, et maintenant, on nous explique que nous sommes des privilégiés auxquels il est normal de retirer une part de ce pour quoi nous avons payé. Petits ou gros retraités, nous avions un contrat! Ne pas le respecter, c'est de l'escroquerie. Et cela tout simplement pour financer leur prétendue générosité à l'égard des pauvres! Et nous, retraités des classes moyennes, nous ne sommes pas pauvres? Nous sommes tellement pauvres que nous ne faisons même plus partie des classes moyennes. Voleurs! Imposteurs! Rendez-nous notre argent, et rendez-le nous en valeur absolue! Nous devons nous unir et les poursuivre en justice. Et ce n'est pas l'Etat que la justice doit condamner, mais les escrocs comme Macron! 

Salauds.

Il faut secourir le gens qui meurent de faim, encore une fois, oui! Mais c'est là que nous voyons la nécessité de faire une réforme fiscale et une réforme constitutionnelle dans le genre de celles que je propose régulièrement sur ce blog, et que vous découvrirez si vous fouillez un peu dans ce que j'y ai écrit.

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce brave Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Bise    

Posté par 161171 à 08:16 - Permalien [#]


17 septembre 2018

Démocratie participative

Vous êtes au courant? Il paraît qu'avant de gagner les élections dont le résultat fit de lui notre bien aimé président de la république française, le Macron nous a parlé de démocratie participative. Et si ça se trouve, il en a également parlé après avoir gagné les élections! Vous me direz qu'il n'est pas le seul à nous parler de démocratie représentative, mais c'est loin de me rassurer. Si je n'avais pas peur de passer pour un trouillard, je vous avouerais même que ça m'inquiète énormément. En effet, et tant pis si ça vous étonne, le petit MOI que je suis est abasourdi lorsque je découvre des gens comme lui, si instruits, si brillants, si capables, des gens dont les actions et les mots ont des répercutions sur le destin de dizaines de millions de pauvres citoyens comme vous et moi, nous parlent de démocratie participative. Et vous, ça ne vous dérange pas, d'entendre parler de démocratie participative? Vous n'avez pas l'impression que ces grands personnages vous prennent pour des imbéciles, quand ils vous parlent de démocratie participative? Non? 

Pourtant, comme je l'explique souvent et comme on nous l'enseigne au cours de sciences politiques de l'école maternelle première année, compréhensible par tous, y compris par ceux qui sortent des grandes écoles, à la condition qu'ils n'y soient pas restés trop longtemps, démocratie vient de "démo" qui signifie le peuple, et de "cratos" qui signifie le pouvoir. C'est à dire que la démocratie, c'est le fait d'accorder le pouvoir au peuple car, comme je le rabâche très souvent parce que je suis un vieux rabâcheur et que ce qu'on nous raconte régulièrement à la télévision m'amène à rabâcher toujours les mêmes choses, un peuple qui ne détient pas le pouvoir n'est pas un peuple souverain. Bien entendu, le peuple étant composé d'un grand nombre de citoyens et comme on ne peut pas satisfaire les désirs de chacun, surtout quand les désirs des uns et des autres sont contradictoires, dans une démocratie, agir selon la volonté du peuple se traduit par agir selon la volonté de la majorité du peuple, majorité qui commence à la moitié, plus une personne. Pas vrai? Par conséquent, la démocratie est tojours participative, puisque lorsqu'on agit selon la volonté de la majorité du peuple, le peuple participe aux prises de décision en la manifestant, sa volonté, en la dictant, tandis que ses élus participent en s'y pliant, à la volonté du peuple. Et, de toute évidence, lorsque ce n'est pas le cas, on ne respecte pas la démocratie, on ne respecte pas la souveraineté du peuple, et on le prend pour une bande de couillons en lui racontant qu'il a droit à la démocratie, alors qu'il ne l'a pas. N'est-ce pas?

Alors, mes bien chers frères, mes bien chères soeurs, et les autres, je vous le demande, agit-on systématiquement chez nous selon la volonté de la majorité du peuple? Si jamais nous devons répondre non à cette question, c'est qu'on nous ment et qu'on nous prend pour des couillons quand on nous dit que nous sommes dans une démocratie. Pas vrai? Et au lieu de nous accorder une constitution par laquelle nous combinerions d'une manière judicieuse et économique la démocratie directe et la démocratie représentative, on nous embrouille avec la démocratie participative qui ne serait, dans le meilleur des cas, qu'un pléonasme. Pas vrai? Mais avec cette prétendue démocratie représentative dont certains nous parlent, j'ai comme l'impression qu'ils veulent vous donner l'illusion que c'est nous qui décidons, alors qu'ils se gardent le pouvoir de décision pour eux. Si vous fouillez un peu dans les textes qui précèdent celui-ci, vous trouverez la réforme constitutionnelle que je propose, grâce à laquelle on donnerait vraiment le pouvoir au peuple, tout en faisant d'énormes économies.

Il existe un mouvement ou un parti politique politique qui prétend lutter pour obtenir la démocratie directe. Vous le trouverez sur internet, mais je ne sais pas ce que ce parti ou ce mouvement vaut. En tout cas, si vous lisez le texte que j'ai intitulé "Détails importants", vous saurez ce que je propose, et si ça vous intéresse, vous pourrez vous en inspirer pour agir dans un parti ou dans un autre. 

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte.

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce bon Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas. 

Bise     

Posté par 161171 à 15:01 - Permalien [#]

12 septembre 2018

Mélanchon et le cours de la maternelle

 

  Vous êtes au courant? Je suis encore obligé de m'en prendre à Mélanchon. Pourquoi me direz-vous? Parce-qu'il y a des gens comme lui qui n'ont même pas le niveau du cours de sciences économiques de la maternelle première année et qui, comme lui, veulent gouverner la France. Moi, par contre, je peux être fier car j'ai tout juste ce niveau et je ne veux pas être le président de notre belle république, tandis que Mélanchon ne l'a même pas, ce niveau, a déjà été plusieurs fois candidat à l'éléction présidentielle.

 Savez-vous pourquoi je sais qu'il n'a même pas le niveau de la maternelle première année? Non? Et bien c'est parce-qu'il a dit dans mon téléviseur qu'il faut aider les entreprises qui investissent dans l'économie réelle, au lieu d'aider les entreprises avec lesquelles l'argent reste dans les sphères de la finance. Le pire, c'est qu'ils sont nombreux à parler comme lui en faisant les malins, comme si nous avions d'un côté une économie réelle et, de l'autre côté, bien séparées, sans aucun lien, une économie irréelle qu'ils appellent l'économie financière.

 Mais vous savez bien, vous qui avez le même niveau que moi qui suis encore à la maternelle, que parler comme ça est le signe d'une extravagante bétise, ou d'une malhonnêteté incommensurable. Pas vrai? Mais ça, il ne faut pas le dire, parce que ça les vexerait, et si vous vexez des mecs comme Mélanchon, ils sont tellement méchants qu'ils vous écrasent. Et vous le savez d'autant mieux, qu'ils n'ont pas le niveau de la maternelle première année, que vous lisez régulièrement ce que je vous présente sur ce blog où je rappelle souvent qu'en économie dite financière, nous avons le crédit et le prêt sous différentes formes, et vous comprenez que ça alimente ce qu'ils appellent l'économie réelle, tout comme vous savez et comprenez qu'il y a différents types d'actions, et que les actions sont des titres de propriété, ou de copropriété, et que, en tant que copropriétaire d'une entreprise, les actionnaires, petits et gros, participent aux risques et aux bénéfices. Et enfin, vous savez bien que nous avons un troisième type de produits financiers que sont les titres et obligations qui sont également des créances. Cela signifie que lorsqu'on dit qu'on achète ce genre de produit financier, en réalité, on prête son argent et on reçoit des bouts de papiers en échange, la date de remboursement et le taux d'interêt étant fixés lors de leur émission. 

 Ainsi, comme nous venons de le voir, c'est tout simple, et l'économie dite réelle, avec le crédit et les prêts qui permettent à des gens d'acheter tout qu'est-ce c'est qu'y zont besoin et de créer des entreprises, tout comme les actions, permettent l'existance de certaines entreprises et leurs investissements.

Ne croyez surtout rien de ce que je viens de vous expliquer, car moins on croit, moins on croit de bêtises. Pas vrai? Donc, vérifiez et vous verrez qu'il n'y a absolument rien d'autre. Ainsi, quand vous aurez bien vérifié et bien compris, vous vous demanderez où le Mélanchon et d'autres ont vu de l'argent donné pour aider les entreprises rester dans les hautes ou basses sphères de la finance, sans que ça profite à ce qu'ils appellent l'économie réelle! Seul l'argent qui reste caché entre deux piles de draps ne sert à rien.

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons, c'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

 Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

 N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce pôv Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents, et faites lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas .

Bise

 

 

Posté par 161171 à 10:40 - Permalien [#]

08 septembre 2018

Démission de Hulot

 

 Vous êtes au courant,ce pauvre Hulot a démissionné. Ce pauvre Hulot? pourquoi ce pauvre? avec tout le pognon qu'il a gagné en faisant de la télévision et avec la paye de ministre qu'il a touchée pendant un an et demi, on ne va quand même pas le plaindre! pas vrai? 

Vous me direz qu'on peut quand  même le plaindre parce qu'il est déçu de ne rien avoir pû faire en tant que ministre pour sanver la planète. Oui, mais il aurait dû le savoir avant d'accepter cette responsabilité. Pas vrai? Il fallait qu'il fût vraiment le pire des incapables pour ne même pas être capable de comprendre qu'il ne pourrait rien faire comme ministre de l'écologie, à part du cinéma. Pas vrai? Tu me diras que faire du cinéma pour un homme de télévision, ce n'est pas étrange et qu'il y était donc tout disposé. La preuve qu'il fallait être le pire des incapables pour ne pas comprendre qu'il ne pourrait rien faire à ce poste, c'est que je le savais, moi qui ne suis rien. En effet, même si ce mec avait réussi à imposer les mesures qui, prétend-il, lui tiennent à coeur, ça n'aurait servi à rien qu'à faire du cinéma, du brouillard, de la fumée, car je n'ai jamais entendu Hulot déclarer qu'il faut impérativement mettre fin à la poussée démographique, et même aller jusqu'à utiliser le progrès technique pour assuer un niveau de vie suffisant à tous, tout en réduisant le nombre d'habitants de notre belle planète. Pas vrai, qu'on ne l'a jamais entendu dire ça? 

Or, de toute évidence, si nous ne mettons fin à cette poussée démographique qu'on nous dit indispensable pour éviter le vieillissement de la population et pour bien d'autres raisons, nous finirons par avoir un habitant au mètre carré sur toute la planète, ce à quoi elle ne résistera pas, et nous non plus, quelque soi le mode de développement adopté. Il ne comprend pas ça, le Hulot? Il dit qu'il démissione parce qu'il ne peut plus se mentir. Pas vrai? Comment voulez-vous faire confiance à un mec qui ne peut même pas se faire confiance, puisqu'il se ment à lui-même comme comme vous et moi osons à peine mentir aux autres. Hé bien moi, Régis Ducon Lajoie la Marée Monte, je serais content si ce monsieur arrêtait également de nous mentir ou de se tromper, ou les deux à la fois.

Si vous lisez le texte intitulé " Le vieux journal " qui accompagne celui-ci, vous comprendrez certainement pourquoi je fais ces affirmations et ce que devraient nous dire de vrais écologistes honnêtes, capables, pas politicards.

 Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait : "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

   Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce pôv' Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

 Bise

 

Posté par 161171 à 15:30 - Permalien [#]

Le vieux journal

Je vous ai proposé ce texte en 2014 pour la première fois, mais il me semble bon de le présenter à nouveau, de temps en temps, car il donne une perspective intéressante à l'ensemble de mes écrits. Si on prend comme objectif ce que je propose dans celui-ci, on comprend mieux le reste. 

Vous êtes au courant? Il y a un journal publié en néerlandais qui s'appelle De Telegraaf. Vous le saviez déjà? C'est bien, mais ne faites quand même pas le malin! Il y a des tas de gens qui en savent bien davantage et qui ne roulent pas des mécaniques pour autant. De toute façon, on a beau savoir que ce journal existe, si on n'est pas capable de le lire, il ne vous apprend pas grand chose. Pour ma part, je l'avoue, le déchiffrage du néerlandais est plutôt laborieux. C'est la raison pour laquelle j'en ai un numéro publié le 1 octobre 2014, que je n'ai pas encore fini de lire, mais auquel je donne un léger petit coup d'oeil, de temps en temps. Et c'est comme ça que j'y ai découvert un article extrèmement intéressant sur les robots.

Il y a un monsieur pas bête du tout qui, dans cet article, explique qu'il ne faut pas avoir peur que les robots nous fassent perdre notre emploi en faisant notre travail, parce qu'ils nous en procurent, du travail, pour les fabriquer, les entretenir et les réparer. Quand j'étais jeune, on me disait la même chose au sujet des machines de plus en plus perfectionnées qui faisaient perdre des emplois aux pauvres camarades travailleurs. Et cela me fait penser à Fernand Raynaud avec son histoire de moissonneuse-batteuse-semeuse qui te sème par derrière, le blé qu'elle t'a récolté par devant. Et bien là, c'est pareil. On se demande à quoi ça sert que les robots fassent notre travail pour produire toutes sortes de trucs, de machins et de machines, si c'est pour nous faire travailler à fabriquer des robots, au lieu de travailler à fabriquer toutes sortes de trucs et de machins.

Mes bien chers frères, mes bien chères soeurs et les autres, la maison ne reculant devant aucun sacrifice, je vous offre maintenant un monde merveilleux. Un gentil robot vous réveille en douceur en vous apportant votre petit déjeuner préféré, à l'heure à laquelle vous désirez vous réveiller pour prendre votre petit déjeuner. Votre chambre est belle, lumineuse, douillette. Elle fait partie de votre belle maison, à vous, dont personne ne peut vous déloger. Elle se trouve sur votre grande propriété qui vous procure tout ce dont vous avez besoin, car de dociles robots la cultivent et y fabriquent tout ce qu'il vous faut, y compris les robots et autres machines nécessaires. Ainsi libéré de toute tâche astreignante, vous n'avez plus qu'à vous distraire en pratiquant un sport de votre choix, ou en paressant en compagnie de quelques amis qui, comme vous, ont une belle maison entourée d'une belle propriété travaillée par des robots car, dans le monde que je vous propose, chaque terrien possède la même propriété, travaillée par des robots. Reconnaissez que cette utilisation des robots est plus intelligente que celle qui correspond à la moissonneuse-batteuse-semeuse de Fernand Raynaud, qui te sème par derrière, le blé qu'elle t'a récolté par devant. 

Mais, me direz-vous, cela est impossible, ce n'est que du rêve. C'est en effet impossible si vous vous contentez de dire que c'est impossible, au lieu de vous bouger la cervelle et le cul, pour que ça devienne possible. Pour cela, il faut bien sûr commencer par comprendre que nous n'aurons  assez de place et de ressources naturelles pour offrir à chaque humain ce que je propose, que si on met fin à la poussée démographique. Il faut également sortir de ce cercle vicieux de la course à la production, avec augmentation des ventes, pour procurer du travail à des gens qui doivent être de plus en plus nombreux, pour acheter davantage, pour produire plus de travail, pour etc, etc. Il faut également comprendre que le développement durable, avec toujours plus de croissance rendue indispensable à cause d'une poussée démographique qu'on prétend indispensable, nous conduira, si on n'y met fin, au point où nous aurons un habitant au mètre carré sur toute la planète. Et, tant que nous y sommes, nous pourrions aussi faire l'effort de comprendre que quelles que soient les technologies nouvelles qui, nous dit-on, permettent ce développement durable, la planète ne résistera pas à cette poussée démographique constante et à une croissance économique constante, bien longtemps avant d'avoir un habitant au mètre carré. C'est à dire que le développement durable ne sera pas durable très longtemps, malgré ce qu'en disent nos maîtres à penser.

Grace aux moyens modernes, nous devons commencer par refaire le compte de l'ensemble des ressources que nous offre la planète, pays par pays et région par région, car les conditions sont souvent différentes d'une région à l'autre, dans un même pays. Et nous ne devons pas avoir peur de refaire cette étude pour contrôler l'évolution de notre milieu. Ensuite, nous pourrons calculer le nombre d'habitants que chaque région peut supporter éternellement, en offrant un maximum de bien-être à chacun de ses habitants, avec des robots qui fabriquent et entretiennent des robots qui produisent tout ce dont nous avons besoin. Par sécurité, nous n'accorderons à notre espèce qu'un nombre de spécimens de loin inférieur à celui que le milieu peut supporter en offrant à chacun ce que je propose plus haut. Evidemment, pour en arriver là, il va falloir que vous vous bougiez, que vous communiquiez ma proposition au monde entier, que vous manifestiez pour que certains abandonnent leur os. Cela ne sera en effet possible que si on crée un gouvernement mondial, avec des instances continentales, puis nationales et, enfin, locales, le tout fonctionnant selon les règles d'une démocratie représentative, avec une part de démocratie directe, dans le genre de celle que je propose sur ce blog pour la France. C'est vrai que pour arriver à ça, il y a du boulot, ça sera difficile, ça sera long. Raison de plus pour s'y mettre tout de suite. Je fais ma part sur ce blog et partout où je peux, selon mes moyens. Que chacun essaye d'en faire autant et, tous ensemble, à la longue, on devrait y arriver.

Je me demande, comme toujours et à mon grand regret, si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte 

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce bon Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui surtout de la PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Bise  

   

          

Posté par 161171 à 15:30 - Permalien [#]


04 septembre 2018

Mélenchon à parlé

Vous êtes au courant? Etant donné ce que j'écris sur lui, il y a des gens qui vont finir par croire que je n'aime pas Mélenchon alors que, au contraire, je l'adore. Je l'adore car chaque fois que l'actualité ne m'inspire pas quelques divagations à vous présenter sur ce blog, je n'ai qu'à m'intéresser aux dernières déclarations du sieur Mélenchon pour que, comme par magie, de grosses bêtises à vous présenter me viennent à l'esprit. (Quand vous allez découvrir l'ampleur et la platitude de celles qui suivent, vous allez penser que c'est regrettable, mais ça vous aura au moins fait passer un moment. Et c'est gratuit)

Figurez-vous qu'il a dernièrement déclaré que les prochaines Européennes seront un référendum contre Macron. Dès qu'il a dit ça, j'ai cru que les prochaines Européennes sont des bonnes femmes qui seront un référendum contre Macron. Et des bonnes femmes qui sont un référendum, reconnaissez-le, ça ne s'est encore jamais vu. Mais en fouillant sur internet, j'ai fini par comprendre que les européennes dont il parle ne sont pas des bonnes femmes. En réalité, ce monsieur est tellement fatigué à force de nous raconter des bobards de politicard, qu'il n'a pas la force de dire "les prochaines élections européennes. Ils sont d'ailleurs nombreux, journaleux et politicards, à ne pas avoir la force de dire "les prochaines élections présidentielles. C'est pour ça qu'ils disent les prochaines européennes, sans préciser qui elles sont. Faignants! 

Mais, mes bien chers frères, mes bien chères soeurs, et les autres, il y a pire. En effet, quand ce monsieur se présente aux élections présidentielles en nous expliquant tout qu'est-ce que c'est qu'il va faire si jamais il est élu, c'est qu'il prétend être capable de gouverner la France, alors que ce qu'il nous dit de ces européennes qui seront un référendum contre Macron, montre qu'il ne sait même pas ce que c'est qu'un référendum. Pas vrai? Ou alors, il le sait très bien, ce que c'est qu'un référendum, mais il est encore en train de nous abreuver de bobards de politicard, ce qui n'est pas très honnête. Vous me direz qu'il n'est pas le seul dans ce cas, et vous aurez raison, mais ce n'est pas fait pour me rassurer.

En fait, exactement comme on l'enseigne au cours maternelle première année de sciences politiques, compréhensible par tous, y compris par ceux qui sortent des grandes écoles, à la condition qu'ils n'y soient pas restés trop longtemps, un référendum consiste à poser une question au peuple, et quand le nombre de citoyens qui vote oui est plus grand que le nombre de citoyens qui votent non, c'est le oui qui a gagné. Quand c'est le nombre de citoyens qui votent non qui est suprérieur, c'est le contraire. Et où Mélenchon a-t-il vu qu'on va demander aux citoyens de voter oui ou non pour, ou contre Macron? Justement, l'instauration systématique du référendum dans notre constitution est précisément une des réformes que je souhaite le plus voir réaliser, de manière à vraiment donner le pouvoir au peuple. Avec la constitution actuelle voulue par de Gaulle, et par beaucoup d'autres, on a retiré une partie du pouvoir des mains des parlementaires qui se montraient incapables de résoudre les problèmes du pays, pour donner ce pouvoir au peuple. Le comble, c'est que ça les a fait crier à la dictature! Et bien maintenant, je désire qu'on enlève encore plus de pouvoir à nos parlementaires qui se montrent tout aussi bons à rien que ceux de la troisième et de la quatrième république, pour le donner au peuple. A ce moment-là, des gens comme Mélenchon comprendront ce que c'est qu'un référendum, et la démocratie directe.

Si vous lisez le texte qui accompagne celui-ci, et qui s'intitule "Quelques détails importants", vous comprendrez.  

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce pôv' Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Bise      ????

      

Posté par 161171 à 22:04 - Permalien [#]

03 septembre 2018

Détails importants

Je vous ai déjà présenté ce texte le 24 juin 2017, mais comme je trouve qu'il va bien avec celui qui précède, je vous le présente à nouveau. De toute façon, si vous avez déjà lu ces deux textes, ça vous fera une bonne révision de mon programme de sciences politiques maternelle première année.

Vous êtes au courant? Non? Alors c'est que vous ne me lisez pas régulièrement, et ça, c'est pas bien! Na! Je fais souvent allusion à l'ajout d'une part de démocratie directe à notre système représentatif, qui permettrait à la fois de toujours agir selon la volonté de la majorité du peuple souverain, car c'est ça, la démocratie, et que parler de démocratie quand cela n'est pas respecté, c'est de l'escroquerie, et cette part de démocratie directe permettrait également de faire d'énormes économies, en réduisant l'appareil de notre système représentatif dans d'énormes proportions. Mais encore faut-il que ce soit bien fait, et si nous laissons cela aux soins de nos politicards et de nos intellectuels, dont quelques uns réussissent le tour de force de faire partie de la caste sans même avoir d'intellect, ils vont surtout s'accrocher à leur os, tout en nous faisant une magnifique démonstration de cette merveilleuse incompétence à laquelle ils nous ont habitués. Pas vrai? Vous me direz que là, je suis méchant, et vous aurez raison. Mais je ne sais pas pourquoi, de temps en temps, je m'emporte, comme ça, tout seul. A moins que je sois si méchant tout simplement parce que je m'appelle Régis Ducon Lajoie la Marée Monte et que, c'est bien connu, les cons sont méchants? 

Mais quelque soit mon niveau de méchanceté, revenons à la démocratie. Pour qu'elle soit respectée, il faut que n'importe quel citoyen jouissant de ses droits civiques puisse provoquer un référendum sur quelque sujet que ce soit en présentant un certain nombre de signatures, sans qu'on fasse n'importe quoi, n'importe comment. Pour cela, le camarade citoyen désireux de provoquer un référendum devrait commencer par déclarer son intention de réunir le nombre de signatures nécessaire à une entité adminstrative compétente. Cette dernière lui remettrait un formulaire à remplir d'une manière très précise. Pour que ce soit plus facile à comprendre, supposons qu'il y en ait un qui veuille rétablir la peine de mort. Je choisis cet exemple, non pas pour traiter de la peine de mort, mais parce que c'est un exemple facile pour faire comprendre comment cela devrait fonctionner. Et là, il y en a qui sont déjà largués, et qui commencent à dire: "Mais qu'est-ce que c'est qui raconte! Y parle de la peine de mort en disant qui parle de la peine de mort sans parler de la peine de mort! Et moi je suis pour, ou je suis contre!!!" Oui, il y a des gens qui m'ont déjà fait le coup en me regardant droit dans les yeux! Mes bien chers frères, mes bien chères soeurs, et les autres, j'espère que vous, vous avez compris, et que vous n'allez pas me faire un coup pareil!

Pour tout ceux qui ont compris, précisons que la requête présentée pour provoquer un référendum à ce sujet, dont le contenu serait: "Rétablissement de la peine de mort." Ou "Rétablissement de la peine de mort pour les crimes les plus graves." serait irrecevable. Il faudrait marquer pour quels délits, avec les articles de loi. Et puis, vouloir la peine de mort, c'est bien beau, mais il faudrait aussi savoir comment on les zigouille, les condamnés. On leur envoie la femme du mec qui veut rétablir la peine de mort en furie, pour qu'elle leur arrache les yeux, qu'elle les étrangle et qu'elle leur mange le foie? Si oui, il faudrait le marquer. C'est à dire qu'il faudrait marquer par quel moyen on exécute les condamnés, et qui les exécute, et si on en fait du pâté pour lutter contre la faim dans le monde. Et puis, si jamais une mesure réclamée par ce moyen va à l'encontre de lois ou de règlements déjà existants, il faudrait encore marquer que cela doit automatiquement abroger toutes lois ou réglements contraires déjà existants, en précisant bien lesquels, avec tous les articles bien numérotés. Et en plus, il faudrait également marquer combien cela va coûter, et combien ça va rapporter. Et à la moindre erreur, volontaire, ou involontaire, la demande d'autorisation de réunir les signatures nécessaires pour provoquer ce référendum serait inacceptable. Tout cela devrait évidemment être publié dans le journal officiel, ou dans un autre journal officiel qui ne s'appellerait pas comme ça, mais dont le contenu serait tout aussi officiel, et auquel tout le monde pourrait avoir accès.

Naturellement, les signatures ne seraient pas recueillies sur un rouleau de papier toilette, mais bel et bien sur l'imprimé délivré par l'autorité administrative chargée de ce travail, et duement rempli par le camarade citoyen désireux de provoquer le référendum. Inutile de préciser que l'administration conserverait une copie de l'original. Ainsi, le citoyen qui offirait sa signature, saurait exactement de quel référendum il s'agit. Une fois le nombre de signatures de citoyens jouissant de leurs droits civiques requis obtenu, nombre qu'il faudrait déterminer avec soin, pour qu'il ne soit ni trop élevé, ni trop petit, le document serait alors remis à l'entité administrative compétente, afin que toutes vérifications utiles puissent être effectuées, et lorsque cette demande de référendum serait remise assez tôt avant les élections présidentielles suivantes, ce référendum serait célébré en même temps que l'élection présidentielle, en compagnie de tous les référendums demandés de cette manière par d'autres citoyens, ce qui permettrait aux candidats à la présidence de notre belle république, d'en débattre pendant la campagne électorale.

Avec ça, il y aurait lieu de réduire considérablement l'appareil de notre prétendue démocratie représentative, ce grâce à quoi nous ferions d'énormes économie.

Evidemment, personne ne pourrait contrevenir à l'exercice de la souveraineté du peuple, dès lors que les règles seraient respectées, et quand une mesure serait ainsi présentée et votée directement par le peuple, non seulement nos élus ne pourraient pas y toucher, mais son application devrait être automatique. Et malheur à qui essayerait de s'y opposer, ne fusse qu'en rêve! 

Tout le monde comprendra qu'on ne peut pas expliquer parfaitement une constitution en quelque lignes mais, je l'espère, ce qui précède donne une idée assez juste de ce qu'il conviendrait de faire à la fois simple, facile, économique et vraiment démocratique. Comme je le précise régulièrement quand j'aborde ce sujet, cette part de démocratie directe devrait être accompagnée de la réforme fiscale à laquelle je fais également souvent allusion, de manière à ce que chaque citoyen sache en permanence combien lui coûte ce qui se fait, ou ce qui pourrait se faire. Et si on vous demande un jour de signer pour provoquer un référendum sur quelque mesure que ce soit, dont vous ne voulez pas, vous n'aurez qu'à ne pas la signer!!! Et si jamais ce référendum à lieu quand même parce que assez nombreux seront ceux qui auront signé, vous n'aurez qu'à voter comme bon vous semble. Facile!!! Non?!!!     

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte.

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce brave Régis a concocté pour vous amuser ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui surtout de la PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus poussible si vous n'aimez pas.

Bise        

        

Posté par 161171 à 21:01 - Permalien [#]

27 août 2018

Demandez autour de vous

Vous êtes au courant? Malgré les révisions du programme de sciences économiques de la maternelle première année que je propose régulièrement sur ce blog, il y a des gens qui ne savent pas d'où vient l'argent que les banques et autres organismes financiers prêtent au camarade citoyen, ou aux entreprises, ou à l'Etat, lorsque ce dernier emprunte parce qu'il s'autorise des dépenses supérieures à ses recettes. Vous ne me croyez pas? Pourquoi vous mentirais-je? Je vous assure que nombreux sont ceux qui ne savent absolument pas d'où vient l'argent que prêtent les organismes financiers. Si vous avez des doutes, demandez autour de vous, et vous verrez. D'ailleurs, pas plus tard que ce matin, une amie qui a pourtant obtenu des diplômes qui attestent qu'elle a fait de bonnes études, a ouvert de grands yeux dans lesquels je pus déceler l'ampleur de la surprise provoquée par le constat de sa propre ignorance dans ce domaine.

Mais, ne reculant devant aucun sacrifice, je lui expliquai alors ce qu'il m'est déjà arrivé d'expliquer sur ce blog, à savoir que les banques et les autres organismes financiers prêtent l'argent que nous avons sur nos comptes courants, et nos comptes pas courants. C'est à dire qu'ils prêtent notre argent, à vous et à moi. Ils prêtent d'ailleurs certainement beaucoup plus le votre que le mien, parce que j'en ai très peu, mais ça ne m'empêche pas de tenir beaucoup au petit peu que je possède, parce que j'en ai besoin. Et quand ce que nous avons sur nos comptes ne suffit pas, les organismes financiers en empruntent à d'autres organismes financiers qui prêtent également l'argent de leurs clients, ou ils en empruntent à des particuliers. Ce qui veut dire que, pour que nous ne perdions pas l'argent que nous avons sur notre compte en banque, il faut que celui qui est prêté soit rendu dans des délais raisonnables par l'emprunteur, qui doit payer des intérêts suffisants pour compenser l'inflation et pour financer les coûts de fonctionnement de l'organisme financier prêteur. Pas vrai? Oui, me direz-vous, c'est vrai, mais bon nombre de nos semblables semblent l'ignorer, quand ils ne l'ignorent pas carrément.

"Mais, s'écria alors mon amie, ce n'est pas possible! La preuve que ce n'est pas possible, c'est qu'on efface la dette des gens ou des Etats qui ne peuvent pas rembourser!" Oui, il arrive en effet qu'on efface la dette de certains endettés, ce qui m'obligea à lui expliquer qu'effacer une dette lorsqu'on doit de l'argent à un organisme financier, c'est comme d'effacer la dette d'un client qui a acheté du pain à crédit et ne rembourse pas. Dans ce cas, c'est le boulanger qui fait les frais de l'effacement de la dette, et lorsque les clients sont trop nombreux à ne pas payer leurs dettes, le boulanger fait faillite et ses employés perdent leur travail. Et tout le monde pleure sur le sort de ce pauvre boulanger et sur celui de ses pauvres employés. Mais quand une banque fait faillite tout le monde crie que c'est un scandale qu'une banque fasse faillite, avec tous les milliards qu'elle gagne, comme si une entreprise faisait faillite parce qu'elle gagne des milliards, alors qu'une entreprise fait faillite parce qu'elle n'a pas l'argent dont elle a besoin pour payer ce qu'elle doit, y compris lorsque cette entreprise est un organisme financier. Et quand l'Etat secourt un organisme financier en faillite pour éviter que nous perdions l'argent que nous avons sur nos comptes courants, ou pas courants, on crie encore au scandale. Pas vrai?  

Comme, après ces explications, mon amie affichait un air incrédule, je lui demandai d'où, selon elle, vient l'argent que prêtent les organismes financiers. Ils l'obtiennent comme ça, par magie? Evidemment, certains citoyens audacieux auraient hardiment répondu que c'est l'Etat qui le donne. Oui, lorsqu'il s'agit d'un organisme financier d'Etat, mais où l'Etat trouve-t-il l'argent, si ce n'est dans la poche du camarade citoyen contribuable, c'est à dire dans notre poche, à vous et à moi? Hein? 

Que des gens ayant à la fois le niveau BAC et le droit de vote aient besoin qu'on leur explique ça, ça fait peur. Et avec ça, il se pourrait que de mauvais esprit prétendent que l'école ne fait pas son travail et que les enseignants qui nous coûtent si cher sont des bons à rien. Pas vrai que de mauvais esprits pourraient se laisser aller à prétendre des trucs pareils?

Au cas où vous auriez des doutes sur ce que je viens d'expliquer, faites-moi l'infinie faveur de vous assoir sur vos croyances et sur vos opinions, et de vérifiez, ou je me suicide devant tout le monde et ça sera votre faute. Na!

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point"

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce bon Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Bise           

Posté par 161171 à 14:04 - Permalien [#]

22 août 2018

Hulot contre Rondup

Vous êtes au courant? Il y a un mec qui vient d'obtenir la condamnation du fabriquant du désherbant qui lui a donné un cancer de la peau. Moi, pour éviter d'avoir des problèmes de peau, j'évite de m'en mettre sur la peau, et je suis avec application les consignes d'utilisation indiquées sur l'emballage. D'autant plus que tout le monde sait depuis très longtemps que ce produit est dangereux. Mais peut-être n'est-ce pas suffisant? Lorsqu'on ne veut courir aucun risque pour soi-même et ne pas nuire à l'environnement, le mieux ne serait-il pas de ne pas l'utiliser? Et quand on connaît les risques, comment ose-t-on utiliser un produit nocif, et se plaindre ensuite des conséquences nocives qu'engendre l'utilisation de ce produit? Le plaignant ignorait-il la dangerosité de ce produit? Comment est-ce possible quand tout le monde est au courant depuis si longtemps? Il doit y avoir quelque chose que j'ignore dans cette affaire. Pas vrai? 

Bien évidemment, tous les grands hommes de notre temps qui tiennent à faire parler d'eux en profitent pour cracher et baver leurs petits et grands mots baignés de bile acide. Peut-être quelques gonzesses s'en sont-elles mélées, mais c'est surtout les gonzes que j'ai entendu donner de la voix à cause de cette affaire. Et, oh surprise, Nicolas Hulot se trouve parmis eux. C'est normal, me direz-vous, puisqu'il est notre dévoué ministre de l'écologie qui veut protéger notre cher milieu qu'il aime tant. Son amour débordant pour le milieu qu'il veut tellement protéger lui a d'ailleurs fait dire qu'on n'a pas besoin d'attendre qu'on ait scientifiquement prouvé la dangerosité de ce produit pour l'interdire. Enfin.... je suppose que c'est cet amour qui lui a inspiré ses propos, ou le principe de précaution, mais de mauvais esprits pensent qu'il veut juste se mettre en avant. Et l'amour effreiné de la justice pourrait tout autant pousser d'autres mauvais esprits à prétendre qu'il n'y a pas à attendre que sa culpabilité soit démontrée pour le condamner en raison des accusations qu'une madame porte contre lui. Ou faut-il le condamner sans preuves juste pour appliquer le principe de précaution? Ce serait rigolo de le voir mettre en prison sans attendre que sa culpabilité soit prouvée, comme ça, juste par précaution. Vous ne trouvez pas?

Et en plus de vouloir faire interdire un produit dont la toxicité n'a pas été démontrée, qu'attend-il pour faire interdire des produits dont la toxicité est démontrée. Le pinard, par exemple, ou l'acool à brûler, ou la peinture et les dissolvants, l'eau de javel et autres acides chloridriques, et même tous les acides, et le cirage à chaussures qu'il ne faut surtout pas étaler sur son pain à la place d'une crème au chocolat. Ainsi d'ailleurs que la mort aux rats et les pesticides. Reconnaissez que si on interdit le rondup que, comme c'est indiqué sur la notice, il ne faut ni ingérer ni mettre sur la peau, il va falloir interdire également le reste, ou de mauvais esprits pourraient croire que tous ceux que Hulot ne prétend pas faire interdire lui graissent la patte, et qu'il veut faire interdire seulement ceux qui ne lui donnent rien, ou pas assez. Pas vrai, qu'il y a de mauvais esprits qui vont penser et dire ça?

Mais, heureusement, si cela se produit, il y aura des gens comme moi pour dénoncer le fait que ceux qui accusent ce pauvre Hulot si dévoué à la cause, ne sont que de mauvais esprits. Et, je l'espère, vous me soutiendrez lorsque je ferai remarquer que ceux qui accusent, ou pourraient accuser, ce pauvre innocent ne sont que de mauvais esprits!

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce brave Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Bise             

Posté par 161171 à 22:12 - Permalien [#]

17 août 2018

Violence par inertie

Vous êtes au courant? L'autre soir, je conduisais ma voiture sur une rocade qui ceinture une petite ville de province. Devant moi, une jolie madame jeune et belle conduisait la sienne. Il n'y aurait rien à relever en cela si cette dame n'avait pas mis autant d'ardeur à conduire sa voiture à une vitesse nettement inférieure à celle autorisée. Etant donné qu'il est impossible de doubler sur cette rocade à une voie, la file de voitures bloquées derrière moi qui me trouvais bloqué derrière elle ne cessait de s'allonger. Autrement dit, le nombre de conducteurs soumis aux caprices de cette belle madame qui avait décidé de lambiner sans se soucier des autres ne cessait d'augmenter. Vous trouvez le comportement de cette dame honteux? Moi aussi! Hélas, nous ne le savions pas encore, elle nous réservait bien pire. 

En effet, lorsque nous arrivâmes au rond point où je devais quitter cette rocade en prenant la première sortie, j'eus le déplaisir de voir cette belle madame emprunter la même route. Et bien que la vitesse autorisée sur cette dernière soit de 80km/h immédiatement après avoir quitté le rond point, c'est sur des kilomètres que cette madame se promena à une allure ne cessant d'osciller entre 49km/h et 60km/h, bloquant ainsi derrière elle un long cortège de conducteurs agacés car, par manque de chance, le trafic dans l'autre sens était trop important pour nous laisser l'occasion de doubler cette belle madame quand le marquage au sol le permettait.

C'est là que, après des kilomètres parcourus en me retenant de claxonner, d'accélérer pour la pousser, voir pour lui défoncer le cul de sa voiture, je me permis de rouler sur le zébra qui sépare la voie montante et la voie descendante, de manière à pouvoir la dépasser sans danger. Et alors que j'avais réussi à me retenir de l'injurier et d'écraser la claxon en la dépassant, je l'entendis vociférer et claxonner d'une manière outrancière. Et, en plus, je l'aperçue en train de faire de grands bravos en ricanant. Tout cela, bien entendu, à mon intention. Imaginez un peu qu'un conducteur victime de cette dame joueuse lui fasse une queue de poisson pour l'obliger à s'arrêter, et aille coller un grand coup de poing de cow boy dans sa sale gueule de connasse. On se demande même pourquoi, lorsqu'une dizaine de conducteurs se trouvent ainsi bloqués par une gonzesse pareille, ils ne la coincent pas pour lui coller une bonne raclée. Hein? Pourquoi? A dix, ils ont peur de ne pas y arriver? 

Mais si cela se produisait, on n'aurait pas fini d'entendre parler de violence machiste, surtout si le colleur de mandale la traite de sale connasse, ce que je n'oserai jamais faire, car toute vérité n'est pas bonne à dire. Cependant, quand il s'agit d'un sale connard qui se comporte comme cette dame, pourquoi tous les conducteurs et conductrices qui en sont victimes ne tabassent-ils pas joueusement le sale connard qui pourrit la vie de tout le monde? Ce ne sera pas du machisme, ça! Et ensuite, pourquoi est-ce que, au nom de l'égalité des sexes, ne tabasserait-on pas tout autant la connasse qui pourrit la vie de dizaines de personnes? 

Parce que, nous répondra-t-on, la violence est inacceptable! Et des chauffards dans le genre de ceux dont il est question plus haut, ils ne sont pas violents, eux? Oui, mais il s'agit de violence passive que des gens vous assènent à grands coups d'inertie. Si bien que dans notre société, la violence active est inacceptable, y compris quand on n'a pas d'autre moyen de se défendre de la violence passive de personnes qui vous agressent violemment à grands coups d'inertie. Pas vrai? Le comble, c'est que si un policier vous voit en train de doubler sans aucun danger une ordure pareille en roulant sur le zébra, il va vous traiter comme un varitable criminel et vous faire payer une forte amende!

Maintenant, je vous demande d'imaginer ce que peut ressentir un mec qui effectue chaque jour un trajet d'une heure et demie pour aller à l'hôpital voir sa femme qui souffre d'un cancer généralisé, autant au retour pour rentrer chez lui où, après avoir fait les courses en vitesse, il doit préparer sa popote, faire le ménage et tout le reste. Ajouter à cela le temps qu'il consacre à sa fille qui vient de perdre son mari brutalement. En un mot comme en cent, imaginez ce que peut ressentir un mec qui mène une vie infernale et qu'un sale connard ou une sale connasse comme celle citée plus haut bloque sur la route, parce qu'il ou elle roule comme il ou elle en a envie sans se soucier des autres, et vous saurez ce que je ressens quand des connards me font ce que m'a fait cette dame, car ma femme est à l'hôpital comme je viens de l'expliquer, et une de mes filles vient de perdre son mari. 

Les policiers font payer des amendes à ceux qui roulent au dessus de la vitesse autorisée, et on leur retire leur permis de conduire. Pourquoi n'en font-ils pas autant à ceux qui gâche la vie de leurs semblables en roulant en dessous de la vitesse autorisée?

Ne croyez-vous pas que ce serait une bonne idée?

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait; "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce brave Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Bise    

Posté par 161171 à 08:26 - Permalien [#]