Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

15 janvier 2018

Pauvre Venezuela

Vous êtes au courant? Je suis une nouvelle fois incapable de vous indiquer la date exacte à laquelle ce dont je vais vous entretenir s'est produit. Mais si vous voulez vérifier, c'est entre le 04 01 2018 et le 10 01 2018 que la chaîne BVN, au cours de son journal du soir qui débute vers 20h30, nous a montré des Venezueliens désespérés parce qu'ils manquent de tout. Et puis, vous en conviendrez, vous n'avez pas vraiment besoin de vérifier. Pourquoi vous mentirai-je lorsque j'explique que des Vénézéliens ont raconté leurs malheurs à la télévision néelandaise? Mais, me répondront les septiques, les Belges et les Hollandais ne pourraient pas comprendre les Venezeliens qui parlent espagnol! Très belle remarque, répondrai-je, qui montre l'époustouflant niveau de perspicacité de ceux qui font cette remarquable remarque, mais sachez qu'à la télévision néerlandaise, ils ont des espions qui nous ont espionnés, et qui ont découvert que lorsque nous faisons parler des étrangers qui parlent étranger dans notre télévision, nous sous-titrons ce qu'ils disent dans notre langue. Du coup, ils font comme nous, quand des étrangers parlent dans leur télévision, ils mettent des soust-titres dans leur langue, c'est à dire en néerlandais. Vous voyez que nous ne sommes pas les seuls à être malins? Et à force de nous copier, ils finiront même par être aussi intelligents que nous. 

Mais il eut mieux valu pour ces pauvres néerlandonphones qu'ils ne comprissent pas ce que les Venezueliens racontèrent dans leurs téléviseurs, parce qu'il y avait vraiment de quoi pleurer. Un de ces Venezueliens, juste après avoir montrer le beau bébé que son épouse venait de mettre au monde, éclata d'ailleurs en sanglots. N'est-ce pas que c'est à vous gâcher la soirée? Et ce jeune homme ne fut pas le seul à raconter qu'ils manquent de tout, dans son pays. Mais il se reprit très vite, et retrouva le ton et l'attitude dignes qu'il avait affiché jusque-là, pour continuer à faire le même constat que tous les Venezueliens qu'on nous montra au cours de cette émission. Et il finit par déclarer que le pays est en faillite; qu'à l'époque de Chavez, ce dernier s'occupait d'eux, et leur procurait ce dont ils avaient besoin, tandis qu'avec Maduro, ils meurent de faim. Et moi, devant mon poste de télévision, en entendant ça, je me suis pensé qu'ils sont foutus, que nous sommes tous foutus, et que nous serons toujours en danger aussi longtemps qu'il y aura des gens qui ne savent pas mieux et ne comprennent pas mieux pourquoi ce qui se produit se produit.

Je pleure sur les malheurs du peuple vénézueliens et sur ceux de ce jeune homme, mais peut-il me dire où sont passées les entreprises produisant les denrées alimentaires et autres biens de consomation créées au Venezuela à l'époque de Chavez, que ce soit grâce à sa politique, ou malgré elle? Car il faudrait nous le dire, où elles sont passées ces entreprises qui, dans ce pays, donnaient du travail aux citoyens, pour produire de quoi satisfaire les besoins locaux et pour exporter de quoi compenser les importations. En fait, ce jeune homme qui pleura à la télévision néerlandaise devrait savoir qu'elles n'ont pas disparues, parce qu'elles n'ont jamais existées, ces entreprises créées à l'époque de Chavez. Avec Chavez qui prétendait que l'Etat allait s'occuper de tout et allait pourvoir au besoin du pauvre camarade citoyen, les entreprises existantes avant son arrivées disparurent, et avec Chavez, personne, ou presque, n'en créa de nouvelles, parce que personne, ou presque, avec la politique de Chavez, n'avait intérêt à entreprendre au Venezuela, à cause de la politique menée sous l'autoritaire autorité de Chavez le bienveillant. C'est ainsi qu'on ne créa plus que quelques entreprises notionales incapables de produire à un prix supportable ce qu'il y avait à produire pour pourvoir aux besoins du peuple, pendant que le Chavez distribuait généreusement le pétrole vénézuélien à ce qu'il appelait des pays amis, c'est à dire des pays comme Cuba.

Et lorsque le moment de récolter la ruine qu'il avait si bien semée fut venu, Chavez se permit de mourir lâchement d'un cancer, refilant ainsi à Maduro, le fruit pourri du dogme qu'il avait mis en pratique. Ces gens qui l'adulent, le vénèrent,  le prennent pour un saint bienveillant qui ne pensait qu'à faire le bonheur du bon peuple, devraient se demander ce que ferait Chavez aujourd'hui, face au résultat de la politique qu'il mena et que Maduro continua. Où trouverait-il de quoi pourvoir aux besoins des Venezueliens? 

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce pôvre Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Pourquoi ne pas vous abonnez?

Bise                        

Posté par 161171 à 15:18 - Permalien [#]


13 janvier 2018

Intimité violée

Vous êtes au courant? Strasbourg vient de condamner trois entreprises espagnoles parce qu'elles ont violé l'intimité de leurs employés. Mais n'allez surtout pas croire que ces entreprises ont violé l'intimité de leurs employés comme Weinstein à violé celle des actrices de Hollywood. Non, alors que les actrices savaient ce que leur faisait Weinstein, ces entreprises ont violé l'intimité de leurs employés hypocritement, insidieusement, elles ont filmé leurs employés à leur insu. Et ça, c'est du viol d'intimité déloyal, alors que Weinstein abuse sexuellement ou viole ouvertement, franchement, carrément. Mais la justice de l'Union Européenne est là! Et elle est tellement là, qu'elle vient de condamner les entreprises espagnoles qui violèrent hypocritement l'intimité de leurs employés, à payer une amende et à dédommager lourdement leurs victimes. Et cela d'autant plus, que ces employés furent licenciés parce qu'ils furent filmés à leur insu, alors qu'ils étaient en train de voler dans la caisse. Oui, mes bien chers frères, mes bien chères soeurs, et les autres, on ne peut même plus voler en toute sécurité dans la caisse de l'entreprise qui vous emploie, parce que des patrons malhonnêtes installent des caméras de suveillance pour vous filmer en flagrant délit quand vous volez dans la caisse!!! 

Il me semble justement avoir vu des reportages à ce sujet sur une chaîne française et sur une ou plusieurs chaînes espagnoles, au cours desquels on nous a montré des employés en train de commettre quelques indélicatesses. Si je me souviens bien, au cours de l'un d'eux, il a été question d'une caissière qui avait trouvé un truc pour présenter des comptes qui tombaient juste, alors qu'elle avait volé de l'argent dans la caisse. Il me semble même qu'un jeune employé avait été renvoyé et qu'une action judiciaire était en cours à son encontre, parce qu'il avait été accusé d'un vol probablement commis par la caissière voleuse. Du coup, je me demande si ce jeune homme ne trouve pas, à l'inverse du tribunal européen de Strasbourg, qu'il faudrait des caméras de surveillance partout, filmant les malhonnêtes à leur insu, de manière à démasquer les pourris qui volent leur patron et qui laissent ou font accuser leurs collègues et amis. 

Quand on nous parle de viol d'intimité, de quoi s'agit-il? S'agit-il de filmer un employé en train de se masturber, ou en train de se faire caramboler par un collègue pendant les heures de travail, au lieu de faire le travail pour lequel il est payé? Et n'est-ce pas également voler que d'être payé pour faire un travail, sans faire en échange le travail pour lequel on est payé? Quant aux clients, les caméras de surveillance qui les surveillent ne violent-elles pas tout autant l'intimité du client qui voudrait, lui aussi, voler ou se masturber, ou se faire également caramboler par un employé ou par un autre client? Mais, me diront certainement les juges de Strasbourg, on peut mettre des caméras, à la condition d'indiquer qu'il y a des caméras. Et le Régis Ducon Lajoie la Marée Monte que je suis répondra que si on indique qu'il y a des caméras de surveillance là où il y en a, et rien là où il n'y en pas, les voleurs et autres malhonnêtes ne se feront plus prendre bêtement, car ils sauront où ils peuvent voler en toute sécurité, et où ils ne peuvent pas voler sans se faire prendre. Et ce qui est vrai pour le vol est tout aussi vrai pour toutes les malhonnêtetés et indélicatesses de quelque genre que ce soit. Pas vrai?

Le tout est de savoir ce qu'on fait des enregistrements. Qu'on mette des caméras de surveillance pour filmer à leur insu des gens qui ne font pas leur travail où qui volent, ne choque pas ma petite cervelle atrophiée. Ce qui me choque, au contraire, c'est qu'on ne puisse pas le faire afin de se servir honnêtement des enregistrements pour châtier honnêtement les coupables, car ces coupables ne nuisent pas seulement à l'entreprise, ils nuisent aussi à leurs collègues. Et si nous y regardons de plus près, nous arriverons même à la conclusion que c'est encore plus grave que ça; que dans tous les cas, les gens malhonnêtes nuisent aux gens honnêtes, à tous les gens honnêtes, quelque soit le domaine où ils pratiquent leur malhonnêteté. C'est bien pourquoi il faudrait que n'importe qui puisse mettre des caméras de surveillance là où il en faut, mais le législateur devrait se préoccuper au plus haut point de ce qu'on fait des images enregistrées à l'insu, ou pas à l'insu, des camarades citoyens parce que, n'en doutons pas, des gens malhonnêtes n'hésiteront pas à utiliser ces images d'une manière malhonnête, qu'elles aient été prises légalement, ou pas.

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce pôvre Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Pourquoi ne pas vous abonner?

Bise                        

Posté par 161171 à 15:35 - Permalien [#]

12 janvier 2018

On nous parle encore des déficits!

Vous êtes au courant? Je mérite tellement mon nom de Régis Ducon Lajoie la Marée Monte, que je ne sais même plus le nom du type, ni le nom du journal qu'il dirige, ni la date. Mais si vous voulez vérifier, je sais quand même que c'était sur BFM TV, un soir au début de l'année, avant le 4 01 2018. Par contre, malgrè ma pauvre mémoire de petit vieux défaillant, je me souviens très bien du contenu de la prose du mec, si non à la lettre, du moins en substance.

Figurez-vous que ce monsieur qui fait partie de nos maîtres à penser, comme tous ceux qui ont accès à la tribune, par des propos bien mesurés et bien présentés sur un ton convaincu, prétendit dans mon poste de télévision à moi, que j'ai payé avec mes sous, qu'il faut cesser de vouloir cesser de faire du déficit. Que de vouloir cesser de faire du déficit fait baisser le niveau de vie du camarade citoyen et provoque encore beaucoup d'autres dégâts. On le voit bien avec ce qui se passe en Grèce, où les pauvres Grecs pâtissent de la réduction des déficits! Donc, selon ce monsieur, il faut faire du déficit! Ce qui veut dire, si je comprends bien, que tu te payes ce que tu n'as pas les moyens de te payer. Oui, mais le pauvre Régis Ducon Lajoie la Marée Monte que je suis se demande avec quoi tu te le payes, ce que tu n'as pas les moyens de te payer. "Espèce d'idoit, répondront-ils à ma question. On se le paye avec le déficit! Crétin!" Et je répondrai à mon tour, que me traiter de crétin comme ça, c'est pas gentil. Et que toute vérité n'est pas bonne à dire. Et puis, les déclarations de ce monsieur, comme celles de tous les partisans du déficit, ne montrent-elles pas qu'ils ne savent même pas ce qu'est le déficit? Si c'est ça, ça tombe bien; il y a un bon moment qu'on ne m'avait pas donné l'occasion de revenir sur le cours maternelle première année de sciences économiques. 

Parce que moi, j'ai beau être un couillon, le déficit, je le sais, ce que c'est . Et je vous demande de ne pas me croire, mais de vérifier, même si c'est moi qui l'affirme, car moins on croit quoi que ce soit au sujet de quoi que ce soit, moins on croit de bêtises. Pas vrai? Et comme je l'ai déjà expliqué en fonction de ce qui s'est dit maintes fois dans mon téléviseur, faire du déficit, c'est comme gagner un kilo de patates par jour, et de manger plus d'un kilo de patates par jour. Plus on fait ça, plus on finit par mourir de faim. Une autre façon de faire du déficit, c'est de produire des patates quand produire un kilo de patates coûte plus d'un kilo de patates. Et plus tu produits de patates quand produire un kilo de patates coûte plus d'un kilo de patates, moins tu as de patates et, là encore, plus tu finis par mourir de faim. Et vous aurez beau vérifier, disséquer, bidouiller, vous verrez que faire du déficit, dans tous les cas, ça revient exactement à ça. Et c'est justement ça que nous proposent des génies comme le monsieur cité plus haut. Et le comble, c'est qu'il n'est pas le seul! 

Evidemment, on peut s'en sortir à force de baratin, et en piquant aux autres les patates qu'on bouffe malgrè les déficits qu'on accumule. Mais le jour où les autres en ont assez de se faire escroquer, ils refusent de te donner les patates que tu manges mais ne produis pas, et tu cries alors au scandale du capitalisme qui affame les pauvres comme toi, tandis que des gens comme le monsieur dont il est question plus haut t'encouragent à croire qu'on doit continuer à te donner les patates que tu ne produis pas, mais que tu veux manger. Mais non, nous dira-t-on alors, il ne s'agit pas de patates données, mais de patates prêtées. Oui, bien sûr, mais ces patates empruntées à cause des déficits ne pouvant pas être rendues, à cause des déficits qu'on continue à faire, celui qui te les prête est sûr de les perdre à tout jamais. Donc, tôt ou tard, il finit par ne plus pouvoir te prêter des patates, parce qu'à force de te prêter des patates que tu ne rends pas, il n'en a plus. Ou il en a encore, mais il refuse de continuer à se faire arnaquer et d'aller à la faillite, lui aussi.

Chaque fois qu'on revient sur ce sujet, il y a des gens qui me grondent à cause de ce que j'explique-là, parce que, d'après eux, je ne comprends même pas qu'il faut faire du déficit pour investir. Et moi, comme un vieux gâteux, je suis bien obligé de rabâcher chaque fois comme un vieux gâteux, qu'investir, c'est utiliser une quantité de patates de telle manière que, dans des délais raisonnables et de façon mesurable, parce que dans un millon d'années et on ne sait pas combien, ça serait une crétinerie absolue, cela rapporte une quantité de patates supérieure. Et ça, ce n'est pas faire du déficit, c'est, au contraire, faire du bénéfice. Et il faut bien rappeler qu'avec la monnaie, c'est encore plus clair qu'avec les patates, car ça veut dire qu'on utilise un certain nombre d'unités de mannaie, par exemples des euros, de telle façon que, toujours dans des délais raisonnables et de façon mesurable, cela rapporte de quoi récupérer la somme investie, avec des intérêts suffisants pour compenser l'inflation, et pour financer les coûts de fonctionnement, c'est à dire le travail, de l'organisme financier privé ou publique, qui avance l'argent de l'investissement. Et en plus, il vaudrait mieux que ça rapporte également des bénéfices pour inciter des gens à prendre le risque d'investir, et aussi pour être sûr de ne pas faire des déficits qui conduisent tôt ou tard à la faillite, donc à la famine.

Vérifiez, et vous verrez que lorsqu'un prétendu investissement ne rapporte pas ce que je viens d'expliquer, ce n'est pas de l'investissement, c'est une ânerie. Ou, présenté d'une manière édulcorée, c'est un mauvais investissement. Oui, mais un mauvais investissement étant une ânerie, c'est bel et bien une ânerie. Ou alors, quand ce n'est pas une ânerie, c'est un mensonge, parce qu'on appelle investissements, ce qu'il y a lieu d'appeler des dépenses.

Voilà, c'est tout simple. C'est tellement simple, que même moi j'arrive à le comprendre! Et pourtant, nombreux sont ceux qui nous affirment qu'il faut faire du déficit pour résoudre nos problèmes, alors que si ces gens étudiaient ne fût-ce qu'un tout petit peu l'histoire du monde, ils découvriraient que les déficits accumulés, loin de résoudre quoi que ce soit, conduisirent toujours aux pires catastrophes.

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte. 

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce bon Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui surtout de la PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Pourquoi ne pas vous abonner

Bise                       

Posté par 161171 à 16:34 - Permalien [#]

08 janvier 2018

Vive le téléphone

Vous êtes au courant? Si vous l'êtes, madame le ministre de je ne sais quoi n'a pas l'air d'y être et d'avoir bien compris. Quoi!!!? Il y en a qui râlent parce que j'écris madame le minstre? Que j'écrive madame le ministre, ça vous gène? Vous trouvez que c'est du machisme? Mais quand on dit de moi qui suis un homme, un dur, un vrai, que je suis une personne désagrable, ou qu'on explique qu'un autre monsieur est une personne charmante, vous ne venez pas nous chanter que c'est du féminisme! Pas plus, d'ailleurs, que lorsqu'on dit qu'un monsieur est la vigie ou l'estafette de service, ou la sentinelle! Alors, pourquoi vient-on crier au machisme quand on dit madame le ministre, ou madame le président de la république, ou madame le mère? Pardon... madame le maire. Pourquoi, sinon parce que nos maîtres et maîtres à penser qui devraient être choisis parmi les membres les plus éminants de nos élites ont un niveau tellement bas, qu'ils ne comprennent absolument rien à rien! A tel point qu'ils veulent lutter contre le machisme là où il n'y en pas, au lieu de lutter contre le machisme là où il se trouve.

Et pour avoir l'idée saugrenue de faire installer le téléphone dans la cellule de chaque prisonnier, il faut bien que cette madame le ministre à laquelle je fais allusion plus haut ne comprenne pas pourquoi on met les gens en prison! Et si elle ne comprend pas ça, je ne vois pas ce qu'elle est capable de comprendre. Du coup c'est moi, pauvre Régis Ducon Lajoie la Marée Monte, qui dois lui rappeler qu'on met les délinquants en prison pour les empêcher de sévir, et pour que ce séjour soit tellement désagréable qu'à leur libération, ils n'osent plus commettre des délits, de peur d'aller en prison. Et que lorsque ça ne fonctionne pas, il faut le faire fonctionner, pour qu'ils n'osent plus commettre des délits, de peur d'aller en prison, à défaut de respecter la loi parce qu'ils sont honnêtes. Et même un idiot de village comme moi comprend que plus les délinquants sans moralité peuvent communiquer facilement avec l'extérieur, grâce au téléphone dans leur cellule, par exemple, plus ils peuvent diriger facilement toutes sortes de trafics illicites depuis leur cellule. Et plus ils peuvent communiquer avec leur petite chérie, leur famille, leurs amis et complices, moins ils se sentent malheureux en prison, et moins ils ont peur d'y retourner. En plus, celui qui a plusieurs petites chéries qui font le tapin pour lui, peut non seulement échanger des mots d'amour avec elles, mais il peut également se tenir au courant de la recette quotidienne. Finalement, à force de vouloir humaniser les conditions de vies des détenus, un séjour en prison pourrait très bien devenir une plaisante période de vacances prise sur le dos du contribuable, qui ne jouit pas toujours, lui, de la même qualité de vie que le délinquant incarcéré.

Il faut bien comprendre que tout ce qui se fait coûte de l'argent, et lorsque ça se fait dans les prisons, c'est le contribuable qui paye! C'est pourquoi, en plus de ce que je viens d'exposer, je demande comment ils se fait qu'une madame ministre de je ne sais quoi se permette de vouloir faire installer le téléphone dans les cellules des délinquants, pour que ces pauvres petits puissent facilement communiquer avec leur famille, afin qu'ils ne soient pas malheureux, alors que c'est nous qui payons. Si cette tendre et généreuse madame veut faire des dépenses en faveur des délinquants détenus, dont certains sont de véritables ordures, qu'elle paye ces dépenses de ses propres deniers!

Pour en finir avec le comportement des gens comme cette madame le ministre, vous voyez bien qu'il faut impérativement obtenir une nouvelle constitution combinant ce qu'on appelle la démocratie représentative et la démocratie directe, ou quelque chose dans le même genre, comme je l'explique dans le texte intitulé "Quelques détails importants", qui accompagne celui-ci.

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce pôvre Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Pourquoi ne pas vous abonner?

Bise                        

Posté par 161171 à 14:32 - Permalien [#]

Détails importants

Je vous ai déjà présenté ce texte le 24 juin 2017, mais comme je trouve qu'il va bien avec celui qui précède, je vous le présente à nouveau. De toute façon, si vous avez déjà lu ces deux textes, ça vous fera une bonne révision de mon programme de sciences politiques maternelle première année.

Vous êtes au courant? Non? Alors c'est que vous ne me lisez pas régulièrement, et ça, c'est pas bien! Na! Je fais souvent allusion à l'ajout d'une part de démocratie directe à notre système représentatif, qui permettrait à la fois de toujours agir selon la volonté de la majorité du peuple souverain, car c'est ça, la démocratie, et que parler de démocratie quand cela n'est pas respecté, c'est de l'escroquerie, et cette part de démocratie directe permettrait également de faire d'énormes économies, en réduisant l'appareil de notre système représentatif dans d'énormes proportions. Mais encore faut-il que ce soit bien fait, et si nous laissons cela aux soins de nos politicards et de nos intellectuels, dont quelques uns réussissent le tour de force de faire partie de la caste sans même avoir d'intellect, ils vont surtout s'accrocher à leur os, tout en nous faisant une magnifique démonstration de cette merveilleuse incompétence à laquelle ils nous ont habitués. Pas vrai? Vous me direz que là, je suis méchant, et vous aurez raison. Mais je ne sais pas pourquoi, de temps en temps, je m'emporte, comme ça, tout seul, sans raison. A moins que je sois si méchant tout simplement parce que je m'appelle Régis Ducon Lajoie la Marée Monte et que, c'est bien connu, les cons sont méchants? 

Mais quelque soit mon niveau de méchanceté, revenons à la démocratie. Pour qu'elle soit respectée, il faut que n'importe quel citoyen jouissant de ses droits civiques puisse provoquer un référendum sur quelque sujet que ce soit en présentant un certain nombre de signatures, sans qu'on fasse n'importe quoi, n'importe comment. Pour cela, le camarade citoyen désireux de provoquer un référendum devrait commencer par déclarer son intention de réunir le nombre de signatures nécessaire à une entité adminstrative compétente. Cette dernière lui remettrait un formulaire à remplir d'une manière très précise. Pour que ce soit plus facile à comprendre, supposons qu'il y en ait un qui veuille rétablir la peine de mort. Je choisis cet exemple, non pas pour traiter de la peine de mort, mais parce que c'est un exemple facile pour faire comprendre comment cela devrait fonctionner. Et là, il y en a qui sont déjà largués, et qui commencent à dire: "Mais qu'est-ce que c'est qui raconte! Y parle de la peine de mort en disant qui parle de la peine de mort sans parler de la peine de mort! Et moi je suis pour, ou je suis contre!!!" Oui, il y a des gens qui m'ont déjà fait le coup en me regardant droit dans les yeux! Mes bien chers frères, mes bien chères soeurs, et les autres, j'espère que vous, vous avez compris, et que vous n'allez pas me faire un coup pareil!

Pour tout ceux qui ont compris, précisons que la requête présentée pour provoquer un référendum à ce sujet, dont le contenu serait: "Rétablissement de la peine de mort." Ou "Rétablissement de la peine de mort pour les crimes les plus graves." serait irrecevable. Il faudrait marquer pour quels délits, avec les articles de loi. Et puis, vouloir la peine de mort, c'est bien beau, mais il faudrait aussi savoir comment on les zigouille, les condamnés. On leur envoie la femme du mec qui veut rétablir la peine de mort en furie, pour qu'elle leur arrache les yeux, qu'elle les étrangle et qu'elle leur mange le foie? Si oui, il faudrait le marquer. C'est à dire qu'il faudrait marquer par quel moyen on exécute les condamnés, et qui les exécute, et si on en fait du pâté pour lutter contre la faim dans le monde. Et puis, si jamais une mesure réclamée par ce moyen va à l'encontre de lois ou de règlements déjà existants, il faudrait encore marquer que cela doit automatiquement abroger toutes lois ou réglements contraires déjà existants, en précisant bien lesquels, avec tous les articles bien numérotés. Et en plus, il faudrait également marquer combien cela va coûter, et combien ça va rapporter. Et à la moindre erreur, volontaire, ou involontaire, la demande d'autorisation de réunir les signatures nécessaires pour provoquer ce référendum serait inacceptable. Tout cela devrait évidemment être publié dans le journal officiel, ou dans un autre journal officiel qui ne s'appellerait pas comme ça, mais dont le contenu serait tout aussi officiel, et auquel tout le monde pourrait avoir accès.

Naturellement, les signatures ne seraient pas recueillies sur un rouleau de papier toilette, mais bel et bien sur l'imprimé délivré par l'autorité administrative chargée de ce travail, et duement rempli par le camarade citoyen désireux de provoquer le référendum. Inutile de préciser que l'administration conserverait une copie de l'original. Ainsi, le citoyen qui offirait sa signature, saurait exactement de quel référendum il s'agit. Une fois le nombre de signatures de citoyens jouissant de leurs droits civiques requis obtenu, nombre qu'il faudrait déterminer avec soin, pour qu'il ne soit ni trop élevé, ni trop petit, le document serait alors remis à l'entité administrative compétente, afin que toutes vérifications utiles puissent être effectuées, et lorsque cette demande de référendum serait remise assez tôt avant les élections présidentielles suivantes, ce référendum serait célébré en même temps que l'élection présidentielle, en compagnie de tous les référendums demandés de cette manière par d'autres citoyens, ce qui permettrait aux candidats à la présidence de notre belle république, d'en débattre pendant la campagne électorale.

Evidemment, personne ne pourrait contrevenir à l'exercice de la souveraineté du peuple, dès lors que les règles seraient respectées, et quand une mesure serait ainsi présentée et votée directement par le peuple, non seulement nos élus ne pourraient pas y toucher, mais son application devrait être automatique. Et malheur à qui essayerait de s'y opposer, ne fusse qu'en rêve! 

Tout le monde comprendra qu'on ne peut pas expliquer parfaitement une constitution en quelque lignes mais, je l'espère, ce qui précède donne une idée assez juste de ce qu'il conviendrait de faire à la fois simple, facile, économique et vraiment démocratique. Comme je le précise régulièrement quand j'aborde ce sujet, cette part de démocratie directe devrait être accompagnée de la réforme fiscale à laquelle je fais également souvent allusion, de manière à ce que chaque citoyen sache en permanence combien lui coûte ce qui se fait, ou ce qui pourrait se faire. Et si on vous demande un jour de signer pour provoquer un référendum sur quelque mesure que ce soit, dont vous ne voulez pas, vous n'aurez qu'à ne pas la signer!!! Et si jamais ce référendum à lieu quand même parce que assez nombreux seront ceux qui auront signé, vous n'aurez qu'à voter comme bon vous semble. Facile!!! Non?!!!     

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte.

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce brave Régis a concocté pour vous amuser ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui surtout de la PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus poussible si vous n'aimez pas.

Bise        

        

Posté par 161171 à 14:32 - Permalien [#]


02 janvier 2018

La victoire de Néandertal

Vous êtes au courant? Il y a des gens qui n'aime pas Trump. Et moi, je me demande pourquoi il y a des gens qui n'aiment pas ce grand et beau garçon toujours bien coiffé. N'est-ce pas qu'il est toujours bien coiffé? Quoi que, pour être honnête, je dois bien avouer que moi non plus, je ne l'aime pas. Mais moi, si je ne l'aime pas, c'est parce que je suis jaloux de sa beauté virile qui lui donne ce charme sauvage incomparable que seul des rustres de son acabit affichent, et qu'adorent les femmes friandes de ces rustres sans cervelle, mais avec un vrai corps de mâle puissant souvent en rut, et qui aiment les prendre comme il l'a si bien expliqué au cours d'un voyage en autobus . Vous voyez à quoi je fais référence?

Mais quelque soient les sentiments que le Trump inspire à chacun, et quelque soient ses dérapages, il faut bien admettre qu'il remporte quelques succés, là où les plus grands politiciens et politicards, conseillés par les plus grands économistes et les plus grands charlatans que produisent les plus grandes écoles, n'ont fait que du vent depuis de nombreuses années. Vous savez pourquoi? Parce que le Trump ne s'encombre pas de raisonnements et de théories finement élaborés dans lesquels les autres finissent par se noyer, et que le Trump ne connaît d'ailleurs probablement pas. Ce qui se produit avec lui me rappelle une réplique du film "Un taxi pour Tobrouk" lorsque l'un des personnages déclare: "Cher ami, j'ai l'impression que l'homme de Cro-Magnon est en train de nous le mettre dans le baba. Il faut bien reconnaître qu'une brute qui marche, va plus loin que deux intellectuels assis." 

Tout le monde vante les mérites de la mondialisation qui n'est possible qu'avec l'ouverture des frontières et la suppression des droits de douane et autres taxes à l'importation, mais on reproche en même temps à des entreprises d'en profiter pour délocaliser, et à des investisseurs d'investir là où ça leur plait, au lieu d'investir chez nous et de créer des entreprises chez nous, pour nous donner du travail chez nous, afin de créer des richesses chez nous. Et le fait de vanter et de promouvoir la mondialisation en reprochant d'en profiter à ceux qui en profitent est évidemment totalement contradictoire, bien que peu nombreux soient ceux qui semblent voir cette contradiction évidente. C'est pourquoi ils furent si nombreux à crier très fort à la xénophobie lorsque le Trump promit de faire payer des droits de douane aux entreprises qui produisent à l'étranger pour vendre aux USA. Oui, mais quand le Trump a été élu, étant donné qu'il avait promis de nager à contre courant en taxant à l'importation les produits fabriqués à l'étranger par des entreprises américaines, des constructeurs d'automobiles américains renoncèrent immédiatement à implanter deux unités de production au Mexique. A la place, ces industriels les implantèrent aux USA, ce qui fit perdre des emplois au Mexicains avec la création de richesses que cela suppose, mais en procura aux Américains. Et depuis, on a beau dire du mal de ce beau jeune homme légèrement gras, le nombre de chômeurs ne cesse de diminer aux USA, malgré toutes les gaffes qu'il collectionne et les affaires politico-judiciares qu'il traine derrière lui. Pas vrai? 

Et maintenant, les représentants du peuple américain viennent de lui accorder une victoire éclatante en votant pour une forte diminution des impôts, ce qui provoque une nouvelle vague de protestations dans le monde entier, bien que cela fît partie des promesses électorales de l'incomparable Trump. J'ai même vu un journaliste analyste déclarer dans mon poste de télévision que c'est une attaque déloyale à l'économie européenne, parce que cela va favoriser l'implantation d'entreprises aux USA, ce qui en fera perdre aux Européens. Et non seulement le plus grand nombre de ces analystes qui parlèrent de cela dans mon poste de télévision ne firent pas remarquer que les Européens peuvent riposter efficacement en diminuant également leur taux de prélèvements, mais ils expliquèrent longuement que cette mesure va faire diminuer les recettes des USA, qu'il faudrait plutôt faire augmenter. Et selon eux, cette diminution des recettes accompagnée de la forte augmentation des dépenses annoncée dans le même temps par Trump, va provoquer un déficit insoutenable, qui risque de conduire les USA à une faillite dont le monde entier pâtira.

Ils sont forts, ces analystes! Pas vrai? Mais peut-être oublient-ils que le Bush, autre président des USA qui sut se faire détester pour toutes les raisons que vous savez, fit considérablement diminuer le taux d'imposition pendant son mandat, et  non seulement cette diminution du taux de prélèvement ne fit pas diminuer les recettes mais, au contraire, un an après, elles avaient augmenté grâce à cette diminution du taux de prélèvement, pour des raisons qui se comprennent facilement, ou qui devraient se comprendre facilement. En effet, si vous diminuez le taux de prélèvement que vous faites payer aux entreprises et aux particuliers, le pouvoir d'achat et les capacités d'investissement des uns et des autres augmentent. Et plus les capacités d'investissement et le pouvoir d'achat augmentent, plus il y a d'activité économique, et plus les sommes sur lesquelles on prélève l'impôt augmentent. Et plus ces sommes sur lesquelles on prélève l'impôts augmentent, plus les recettes augmentent, même avec un taux de prélèvement inférieur. Pour bien faire comprendre cela, y compris à mes camarades de classe du cours de sciences économiques de la maternelle première année dont je suis un élève assidu, je vous propose de vérifier que si vous prenez 10% d'un millon de chiffre d'affaire, vous aurez une recette bien suprérieure à celle que vous obtenez si vous prenez 80% de 100 E de chiffre d'affaire. Pas vrai? 

C'est tellement facile à comprendre, que même moi j'arrive à le comprendre. Mais cela va-t-il fonctionner avec ce que le Trump est en train de nous pondre? Oui, si ce monsieur trouve le point d'équilibre, et ne le dépasse pas. Car le truc, c'est justement de trouver le point d'équilibre au de-là duquel vous obtenez le résultat inverse de celui que vous désirez obtenir. Et c'est tellement simple et évident, qu'on se demande pourquoi nos grands cerveaux en font tant d'histoires, au lieu d'agir tout simplement en conséquence, sans qu'on nous casse les oreilles avec ces disputes interminables à propos du capitalisme qu'on appelle aujourd'hui libéralisme sans que tout le monde le comprenne, et qui n'a rien à voir avec ça, car c'est juste une question de bon sens et d'arithmétique.

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce brave Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Pourquoi ne pas vous abonner?

Bise                               

Posté par 161171 à 08:20 - Permalien [#]

26 décembre 2017

Le beau voyage

Vous êtes au courant? Edouard Philippe, notre grand et beau premier ministre, s'est offert un voyage en Nouvelle Calédonie. C'est dommage qu'il n'ait pas choisi d'aller en Ancienne Calédonie, ça nous aurait coûté moins cher, du fait que c'est beaucoup plus près. D'autant plus que ce mec a beau être notre premier ministre, il n'a pas réussi à louer une place sur un avion sans se faire arnaquer, puisqu'il a payé 350 000 E pour aller en Nouvelle Calédonie, alors que le petit déficiant mental de Régis Ducon Lajoie la Marée Monte que je suis, aurait été capable de trouver une place confortable sur un avion pour beaucoup moins cher, pour lui et pour toute sa bande. Si ce type gère les affaires de la France avec la même coûteuse incompétence, nous allons nous retrouver à poil avant longtemps. Après un coup pareil, j'ai bien envie de lui offrir un aller simple pour la Nouvelle Calédonie pour pas cher du tout. Moi, je l'enverrais là-bas à la nage; ça lui ferait des vacances, et à nous aussi.

Comment se fait-il que des mecs comme lui aient le pouvoir et l'audace de s'offir un voyage à un prix pareil sur notre compte? Il vous dira certainement qu'il a choisi ce vol à ce prix parce que c'est plus confortable, ce que je veux bien croire, mais des gens comme vous et moi voyagent de manière inconfortable tous les jours dans le métro pour aller au travail, parce que des gens comme nous n'ont pas les moyens de se payer quelque chose de moins inconfortable, et nous avons tellement de mal à joindre les deux bouts, que nous avons autre chose à faire que de penser à aller dans le Pacifique, tandis que ce mec se paye un voyage à 350 000 E sur notre dos! Vous me direz qu'il n'était pas tout seul, sur ce vol, mais quand même! C'est comme le Valls qui s'était payé un voyage hors de prix dans l'avion présidentiel en compagnie de ses fils, pour aller voir un match de football. Et quand on le lui a reproché, il a payé le voyage de ses fils a un prix qu'il a jugé raisonnable, mais qui n'avait pas grand chose à voir avec ce que ce voyage coûta au contribuable. Pour le reste, pour l'énorme dépense que le reste qu'il n'a pas payé représente, il a répondu avec arrogance qu'il est allé voir ce match en service commandé, puisqu'il y représentait la France. Pendant un moment, je me suis demandé si il n'allait pas nous faire payer le temps qu'il passa à voir ce match et le temps du voyage en heures supplémentaires. Comme si nous votions pour qu'un Valls aille voir un match de football en nous faisant payer ce que coûte le voyage dans l'avion présidentiel! 

Et tout ça après le scandale de l'affaire Fillon qui a déclaré sa femme comme collaboratrice sans la faire travailler, pas même, si j'ai bien compris, pour faire la vaisselle, et le prix de ses beaux costumes. Sans ce scandale dont on nous a fait un gros scandale juste au bon moment pour lui faire perdre les élections que le Fillon avait de fortes chances de gagner, ce qui les fit gagner à Macron, qui avait, lui, de fortes chances de ne pas les gagner sans cette affaire Fillon qui éclata juste au bon moment pour les lui faire gagner, à Macron! Or, si ce scandale Fillon montre qu'il est malhonnête, ce que nous dira peut-être un jour la justice, il était malhonnête avant la campagne électorale, alors qu'on semble l'avoir découvert juste au bon moment pendant cette campagne électorale pour servir Macron, alors que je n'ai pas l'impression qu'un Valls avec son affaire de voyage en avion, et qu'un Edouard Philippe, avec la sienne, le soient moins, malhonnêtes.

Et quand l'un comme l'autre nous présente avec arrogance des arguments qui montrent que l'un comme l'autre trouve son comportement légitime étant donné sa fonction, chacun d'eux, en plus de nous faire payer son bon plaisir, ce qui est une façon de nous voler d'une manière tout aussi grave que celle qu'on reproche à Fillon, nous crache avec arrogance le mépris que, l'un comme l'autre, a pour le peuple.         

Mes bien chers frères, mes bien chères soeurs, et les autres, je ne peux pas faire la révolution tout seul, surtout à mon âge. Mais peut-être que, tous ensemble, sans rien casser, pourrions-nous obtenir la réforme constitutionnelle et la réforme fiscale que je propose souvent sur ce blog, ou quelque chose dans le même genre. Rien qu'avec ça, je vous promets que nous en finirions avec des abus pareils. Nous parviendrions peut-être même à faire mettre ces gens en prison quand ils le méritent.

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quans il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce bon Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Pourquoi ne pas vous abonner?

Bise           

Posté par 161171 à 15:46 - Permalien [#]

24 décembre 2017

Le blaquefrailledi

Vous êtes au courant? J'ai du retard. Vous ne me croyez pas? Pourquoi vous mentirai-je? Vous allez d'ailleurs comprendre ça, si je vous explique aujourd'hui, ce que j'aurais dû vous expliquer au moment des faits. En effet, il y a déjà quelques temps, on nous a offert un truc terrible, au cours duquel des gens se sont précipités dans les magasins pour y acheter des tas de trucs pas chers. Je le sais, ils l'on dit dans mon poste de télévision. Et ils ne l'on pas dit seulement sur les chaînes françaises. Sur les chaînes espagnoles, ils ont même expliqué que le blaquefrailledi, ça veut dire "el viernes negro", tandis que sur les chaînes italiennes, ils ont dit que ça signifie "il venerdi nero", sur les chaîne allemandes, je n'ai pas regardé, mais sur les chaînes néerlandaises et belges d'expression flamande, ils ont déclaré fermement et sans ambages, que ça signifie "de zwarte vrijdag". Mais vous allez avoir du mal à le croire, ça s'appelle quand même le blaque frailledi, partout dans le monde, exactement comme en France, alors que moi, j'avais cru que ça veut dire un attrape couillons, auquel se laissent attraper tous les couillons, quelque soit le pays.

Je ne suis d'ailleurs peut-être pas le seul à croire à cet attrape couillons, puisqu'à la télévision espagnole, au cours de l'émission "La noche en 24 horas" célébrée en l'honneur du blaquefrailledi en pleine période de blaquefrailledi, un expert en blaquefrailledi, puisqu'il est le patron d'une grande entreprise de travail temporaire, ou président de cette corporation, ou quelque chose comme ça, a très bien expliqué que ce blaquefrailledi crée de nombreux emplois et des richesses dont profite le camarade citoyen, ce qui m'a fait venir des larmes de bonheur aux yeux, en pensant à tous ces pauvres camarades travailleurs sans travail, qui trouvent du travail pendant quelques temps grâce au blaque frailledi. Mais, hélas, un journaliste a gâché ce moment de bonheur, en faisant observer qu'une entreprise ne pouvant vendre à perte sans aller à la faillite, si elle nous vend quelque chose moins cher à ce moment-là, c'est qu'elle le vend trop cher le reste de l'année. Et, au cours de la même émission, un autre journaliste osa renforcer les déclarations de son collègue. Il a même fini de démolir complètement les affirmations du grand spécialiste, en déclarant que le camarade citoyen n'ayant à dépenser que l'argent qu'il a à dépenser au cours de l'année, ne peut pas dépenser cet argent avant, ou après le blaquefrailledi, dès l'instant où il le dépense au moment du blaquefrailledi et que, du coup, les emplois créés à ce moment-là, sont perdus le reste de l'année. 

Les remarques impitoyables de ces journalistes espagnols mettant à bas les arguments généralement utilisés pour vanter les mérites économiques et sociaux de cet évènement mercantile venu des USA, dès qu'on comprend que le citoyen n'en tire aucun bénéfice, que ça ne crée aucune richesse, et que les postes de travail procurés ce jour-là sont perdu le reste de l'année, à cause de ce jour-là, il n'y a plus qu'à se demander à quoi ça sert, et surtout à qui profite le crime.

Pour ma part, je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Bonne année

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce brave Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Pourquoi ne pas vous abonner?

Bise            

Posté par 161171 à 08:00 - Permalien [#]

22 décembre 2017

Le retour de la vignette

Vous êtes au courant? Lorsque j'étais jeune et beau.....heu...... d'accord! Lorsque j'étais jeune, peu nombreux en ces temps anciens étaient ceux qui avaient les moyens de rouler en voiture. Et les voitures archaïques de ma jeunesse, ne valaient pas celles d'aujourd'hui, certes, mais elles étaient magnifiquement décorées par une merveilleuse vignette qu'il fallait coller sur le pare-brise, quand on ne voulait pas avoir à payer l'amende qu'il fallait payer lorsque, par mégarde, on oubliait de décorer sa voiture de cette belle vignette qu'il fallait coller sur le pare-brise. Comme vous le savez sûrement, cette petite coquetterie nous était offerte par de petits malins qui avaient imaginé cela pour nous piquer du pognon. En effet, si cette vignette décorait magnifiquement le véhicule de tout un chacun, loin d'être gratuite, elle était payante et imposée afin de récolter quelques sous qui devaient servir à aider les pauvres vieux dans le besoin. Ce qui, reconnaissons-le, était un louable geste de générosité de la part des inventeurs de cette vignette, auxquels ça ne coûtait rien.

Et voilà qu'aujourd'hui, on nous parle d'imposer une nouvelle vignette, mais pas du tout pour aider les vieux comme moi. Non, cette fois, il s'agit de récolter de l'argent pour réparer les vieilles routes, au lieu de nourrir les vieilles croûtes. Mais, me direz-vous, ce n'est pas encore fait et ça ne se fera peut-être jamais. D'autant plus que madame le ministre des transports a dit dans mon poste de télévision, qu'elle n'est pas au courant. Et vous allez voir que si jamais des mecs ont essayé de faire un truc derrière son dos, elle va crier au machisme en compagnie de ses copines, et elles feront tout échouer. Et moi, je crierai au machisme avec elle et avec ses copines, de peur de me faire traiter de machiste.  

Le problème, c'est que nos routes sont dans un état de plus en plus lamentable, et le fait de rouler sur des routes dans un état lamentable abime lamentablement nos véhicules. Si bien que le camarade citoyen électeur, auquel ça coûte cher de rouler sur des routes en mauvais état, est d'autant plus mécontent de l'état des routes, qu'il trouve qu'on lui fait payer beaucoup trop d'impôts pour qu'il accepte de rouler sur des routes pareilles. Oui, mais si les routes sont dans un état lamentable, c'est qu'on n'a pas fait les dépenses nécessaires pour les entretenir, et si on veut maintenant faire les travaux nécessaires, il faut bien les financer, les travaux nécessaires. Et pour les financer, il faut bien nous prendre l'argent nécessaire pour financer ces travaux nécessaires, en plus de ce qu'on nous prend déjà. D'où la vignette qu'il est question de nous imposer à nouveau, pour prendre cet argent dans notre poche. Mais, me direz vous encore, peut-être ne sera-t-elle pas imposée à tout le monde. Certes, répondrai-je, mais quand bien même ne ferait-on payer cette vignette qu'aux poids lourds qui font impitoyablement souffrir nos charmantes petites routes, c'est quand même vous et moi qui payerions, car cela ferait inévitablement augmenter le prix du transport des marchandises, donc le prix de vente de ce que nous sommes obligés d'acheter pour vivre. C'est dire que le Macron et tous les autres ont beau prétendre qu'il faut nous faire payer moins d'impôts et moins de taxes, ils sont bien obligés de ne pas faire de dépenses, ou de financer les dépenses en puisant dans notre poche, que ce soit d'une manière, ou d'une autre. Pas vrai? 

Du coup, mes bien chers frères, mes bien chères soeurs, et les autres, de manière à en finir avec toutes ces bidouilles, j'ai comme l'impression qu'il faut vite faire la réforme fiscale que je propose régulièrement, et que vous trouverez dans le texte qui accompagne celui-ci. 

Tout en vous souhaitant de passer de bonnes fêtes et une bonne année, je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point. "

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce bon Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Pourquoi ne pas vous abonnez?

Bise      

Posté par 161171 à 08:01 - Permalien [#]

Ma réforme fiscale et Hamon

Je vous ai déjà présenté ce texte le 26 01 2017, mais au-delà de la personne de ce pauvre Hamon que je pique juste histoire de raconter quelques bêtises, dans l'espoir que cela fera rire un peu, ce qui suit devrait faire comprendre l'ensemble des problèmes que cette réforme fiscale éviterait, comme la faillite de l'Etat avec toutes les conséquences désastreuses que cela suppose pour le citoyen de base, et ce que la dette avec laquelle jouent si bien certains de nos politicard va coûter à mes petits enfants et aux votres.    

Vous êtes au courant? Bien sûr que vous êtes au courant, puisque je vous ai déjà expliqué ça. Oui, mais vous ne faites pas attention, et il faut toujours recommencer. La preuve en est que Anon....pardon pour la faute d'orthographe, Hamon, avec son revenu universel, veut nous mettre une généreuse dépense de 300 milliards sur le dos, et que ça ne provoque aucune éruption volcanique. Au contraire, ils sont nombreux à vouloir voter pour lui. Mais imaginez un peu ce qui se passerait si nous obtenions la réforme constitutionnelle que j'ai expliquée pour la dernière fois il n'y a pas bien longtemps, et cette réforme fiscale que j'ai plusieurs fois expliquée il y a un peu plus longtemps. 

Pour qu'on comprenne la réforme fiscale que je souhaite, il faut commencer par comprendre comment fonctionne ce que j'appelle le principe des vases communiquants en économie. Quoi que vous fassiez, quoi qu'on vous donne gratuitement, c'est vous qui le payez. Vous payez même les augmentations de salaires que les politicards vous offrent généreusement avec votre argent. En effet, votre salaire fait partie des prix de revient et autres coûts de production et, à moins que le patron fasse des ménages pour gagner de quoi financer ses prix de revient, il les incorpore dans le prix de vente. Et, de ce fait, c'est pris sur notre pouvoir d'achat. Lorsqu'une entreprise fait des bénéfices abusifs, ces bénéfices sont encore pris sur notre pouvoir d'achat, et si on augmente les taxes pour faire diminuer ces bénéfices abusifs, au lieu de faire diminuer les prix de vente pour faire augmenter notre pouvoir d'achat, ces taxes sont prises sur notre pouvoir d'achat. Et plus nous tournerons et retournerons tout ça dans tous les sens, plus nous comprendrons que tout sort toujours de notre poche. Par conséquent, autant l'y prendre directement et clairement, c'est plus clair.

Je propose donc de supprimer tous les prélèvements fiscaux ou pas fiscaux, directs ou indirects, sociaux ou pas sociaux et autres, sauf un: l'impôt sur le revenu. A partir de là, ce sera tout simple. On calculera les dépenses de l'année, avec ce que coûtent les fonctionnaires, l'armée, la santé, les retraites, le chômage et tout les reste, puis le pourcentage des revenus imposables que toute les dépenses de l'année représentent. Et ce sera le taux d'imposition de l'année. Evidemment, quand un gentil politicard généreux aura lidée de créer un revenu universel qui représentera dans les 300 milliads d'euros dès le départ, et que cette dépense augementera très vite étant donné le nombre de citoyens du monde entier qui arriveront en courant pour y avoir droit, le camarade citoyen aura vite fait de calculer ce que cette idée géniale lui coûtera, et il comprendra tout de suite qu'il sera obligé d'emprunter de l'argent à sa banque pour payer ses impôts et pour avoir de quoi manger, car son salaire n'y suffira pas. Alors, affamé et fou de rage, il se pourrait bien qu'il passât le génie qui a une idée pareille à la broche, au sens figuré, et peut-être même au sens propre. 

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine pour voir ce que vous a concocté ce brave Régis. Faites-lui surtout de la PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible, si vous n'aimez pas.

Bise              

Posté par 161171 à 08:00 - Permalien [#]