Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

18 novembre 2017

Les indépendantistes ont toujours tort

Vous êtes au courant? Cette affaire d'indépendantisme catalan n'en finit pas. Je ne sais pas pourquoi mon poste de télévision m'en parle tellement, à moi qui refuse de prendre parti. C'est justement parce que je refuse de prendre parti qu'il m'arrive d'être choqué par les propos des uns et des autres qui, soit disant sans prendre parti, eux non plus, prennent tellement parti, qu'ils n'arrêtent pas de présenter des arguments quelque peu douteux. Et surtout, au lieu de tenir uniquement compte des faits, ils présentent des opinions en contradiction avec les faits les plus évidents, car basées sur des éléments incontestables de la réalité, certes, mais tellement tronqués, que ça n'a plus rien à voir avec la réalité. Vous ne me croyez pas? Pourquoi vous mentirais-je?

Si je me souviens bien, c'est au soir du 06 11 2017, au cours de l'émission "La noche en 24 horas" que nous offre régulièrement RTVE, qu'un monsieur que je trouve d'habitude plutôt sympathique a déclaré sur un ton méprisant, que Puigdemont n'a pas trouvé d'autres alliés en Belgique, que les membres d'un mouvement xénophobe d'indépendantistes flamands. Puis, quelques jours plus tard, très exactement au soir du 08 11 2017, encore au cours de "La noche en 24 horas", plusieurs protagonistes répétèrent, encore sur un ton méprisant, que les seuls alliés de l'indépendantiste catalan Puigdemenont sont les xénophobes fascistes flamands. Et ce soir-là, un des participants à l'émission alla jusqu'à préciser que c'est normal, car les indépendantistes catalans, basques et autres, sont plutôt des gens d'extrême droite, comme l'indépendantisme en général. Loin de le contredire, le reste des intervenants rajouta son petit mot de manière à appuyer cette affirmation. 

Pour ma part, j'ai bien peur que ça vous fasse rire. Vous me direz peut-être même que c'est le but qu'ils recherchent, et que c'est pour ça qu'ils sont si bien payés, ce que je comprendrai facilement. 

Je n'ai pas du tout l'intention de prétendre qu'il n'y pas de fascistes xénophobes d'extrême droite parmi les indépendantistes flamands, catalans ou basques. Des fascistes xénophobes, il y en a à droite, à gauche, au centre, il y en a partout. Il y en a même qui s'ignorent. Et c'est bien pour ça que je demande si ces gens n'essaient pas de nous faire rire, puisque nous avons souvent entendu ce même genre de personnes traiter des indépendantistes de différents pays de fascistes alors que, si je ne m'abuse, Franco était fasciste, et qu'il réprima sauvagement l'indépendantisme. Pas vrai? Et Hitler, il était indépendantistes? J'ai plustôt l'impression que, au contraire, il était unioniste!!! Si vous voyez ce que je veux dire! D'un unionisme déplorable, mais unionisme quand même, exactement comme de nombreux dictateurs, parmi lesquels on peut compter Staline avec la grande union qu'était l'URSS. Et ces dictateurs fascistes de droite et de gauche commirent les pires crimes au nom de l'unité de leur pays, et voir au nom de l'unité du monde entier qu'ils voulaient mettre sous leur coupe. Oui, il y a certainement des fascistes parmi les indépendantistes de quelque pays que ce soit, mais il y a aussi des gens qui se battent pour faire respecter leurs droits fondamentaux.

Quant à la Belgique, il serait bon de rappeler pourquoi il y a des indépendantistes flamands, car l'oublier alors qu'on porte un jugement est particulièrement malhonnête. Rappelons donc que ce que nous appelons aujourd'hui les Pays-Bas et la Belgique n'existent pas en tant qu'Etats depuis très longtemps. En fait, comme vous le savez certainement, c'est après la chute de l'empire de Napoléon I que les Anglais, pour embêter les Français, eurent l'idée de créer un Etat construit de toutes pièces, comprenant la Belgique actuelle et les Pays-Bas actuels. Auparavant, de petits Etats se partageaient ces régions, tandis qu'une partie fut occupée par la France, et une autre par l'Allemagne. Et tout le monde se souvient certainement de la grandeur et de la puissance économique des ces petits Etats flamands. Mais dans le nouvel Etat démocratique créé à la chute de l'Empire, les néerlandophones étant les plus nombreux, les francophones estimèrent qu'ils se trouvaient sous la coupe des néerlandophones, ce qu'ils ne supportèrent pas. C'est pourquoi ils prirent les armes et se révoltèrent. C'est ainsi qu'ils construisirent, encore de toutes pièces, un Etat belge à la tête duquel ils mirent un roi qu'ils trouvèrent en farfouillant en Allemagne, et qu'ils désignèrent comme l'héritier d'un trône qui n'avait jamais existé. Et ils gardèrent l'or noir de l'époque, c'est à dire les mines de charbon, ainsi que quelques provinces flamandes leur fournissant la main d'oeuvre bon marchée dont ils avaient besoin pour exploiter les mines à meilleurs compte. 

Et les Flamands furent traités non seulement comme des citoyens inférieurs, mais ils n'avaient même pas le droit de porter un prénom germanique, ni d'étudier dans leur langue, ni d'être jugés dans leur langue, et pour obtenir un travail, il devaient le plus souvent parler la langue des maîtres francophones. C'est à dire qu'ils n'avait pas le droit d'être ce qu'ils étaient. A tel point que pendant la guerre de 14-18, on les envoyait au combat, c'est à dire à la mort, en français. Il durent lutter avec acharnement malgrè la répression jusqu'en 1930, pour qu'on créât les premiers régiments flamands, et pour pouvoir faire des études dans leur langue, et pour être jugés également dans leur langue. Et on répondait à leurs revendications qu'elles étaient stupides, car parler Français était préférable pour l'unité nationale, et que parler français était préférable tout simplement parce que c'était préférable! Et si jamais des flamands osaient parler d'indépendance, ou d'être rattachés aux Pays-Bas, on leur disait que c'était de la trahison, et que, de toute façon, les provinces flamandes, rattachées ou pas aux Pays-Bas, ne pouvaient pas se passer des régions francophones. Ce faisant, les francophones oubliaient qu'ils s'étaient eux-mêmes révoltés pour former un tout petit Etat à peu près de la même taille que la Catalogne, au lieu d'accepter de faire partie de l'Etat composé de la Belgique et des Pays-Bas. Et, au nom de l'unité nationale, ils n'avaient pas non plus renoncé au français pour adopter le néerlandais. Il est vrai que personne ne le leur avait demandé, et encore moins imposé.

Et surtout, à partir du moment où les mines de charbon furent fermées, ce sont les provinces flamandes qui développèrent une économie florissante et qui, depuis de nombreuses années, doivent payer pour combler les déficits des régions francophones. Et dès que les représentants des Flamands, indépendantistes, ou pas, protestent, on leur répond que les provinces flamandes doivent payer pour les francophones, au nom de la solidarité, ou c'est que les Flamands sont des xénophobes, des égïstes, des fascistes, des populistes, etc, etc. Mais à l'époque du charbon, pourquoi les francophones n'ont-ils pas pratiqué la solidarité qu'ils exigent aujourd'hui des flamands? Et pourquoi les francophones qui trouvent l'indépendantisme tellement stupide, se sont-ils révoltés pour obtenir leur indépendance, tout en gardant quelques provinces flamandes? Et pourquoi ne demandent-ils pas à reconstituer cet Etat composé des Pays-Bas et de la Belgique, qu'ils ont détruit? Faites-leur ces remarques, et ils vous répondront que ça n'a rien à voir. Les arguments présentés dans un sens, contre les flamands, sont valables contre les Flamands, mais ne sont pas du tout valables dans l'autre sens, c'est à dire présentés contre les francophones.

D'accord, répondrai-je, moi qui suis français, mais pourquoi?

Si les analystes espagnols lisent ce texte, je l'espère, ils ne parleront plus avec le même mépris des mouvements flamands et flamingants, parmi lesquels on trouve des fascistes, certes, car il y en a partout, mais qui ne sont pas qu'un ramassis de fascistes.

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce bon Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Pourquoi ne pas vous abonner?

Bise                      

Posté par 161171 à 08:32 - Permalien [#]


16 novembre 2017

Les filles en premier

Vous êtes au courant? J'ai dernièrement entendu parler d'une belle madame enseignante qui prétend que lorsque, dans une même phrase, nous avons un adjectif qui qualifie à la fois un homme et une femme, l'adjectif doit se mettre au féminin, parce que la femme doit passer en premier, alors que, jusqu'à présent, on nous raconte que c'est le masculin qui gagne, et que c'est pour ça qu'il faut mettre l'adjectif au masculin. Et bien, mes bien chers frères, mes bien chères soeurs et les autres, ce n'est certainement pas le pôvre petit Ducon Lajoie la Marée Monte que je suis qui va donner des cours de français à cette belle madame qui est enseignante, mais comme j'ai déjà traité le sujet en fonction de ce que certains ont raconté dans mon téléviseur, je vais être obligé de répéter ce que j'ai déjà répété. C'est à dire que j'ai l'impression que si nous portons pleinte contre des entités comme l'éducation nationale, et contre celle qui n'est pas nationale, et peut-être contre l'académie française, qui font de nous des crétins qui ne comprennent rien à leur langue, en nous l'enseignant comme ces entités nous l'enseignent, nous devrions obtenir des dommages et intérêts. 

En effet, lorsqu'on dit "Cet homme et cette femme sont beaux", il ne faut pas croire qu'elle change de sexe à cause de la façon dont on accorde l'adjectif, ou parce qu'elle est en compagnie d'un homme. De ce fait, puisque l'adjectif qualifie à la fois un masculin et un féminin, il ne peut être ni masculin, ni féminin. Donc, il ne peut être que neutre, c'est à dire les deux à la fois. Vous me direz que ce n'est qu'une opinion, et que chacun peut avoir une opinion différente, mais je vous répondrai que loin d'être une opinion, il s'agit d'un fait, tout comme l'article pluriel "les" peut indiquer qu'il y a plusieurs hommes, ou plusieurs femmes, ou tout à la fois plusieurs hommes et plusieurs femmes. Ce qui fait de lui un article, non pas masculin, ou féminin, mais un article neutre qui peut indiquer aussi bien qu'il y a plusieurs femmes, que plusieurs hommes, ou plusieurs tout ce que vous voudrez. Et si on ne veut pas comprendre ça, il est évident qu'on trouve toutes sortes de choses bizarres et illogiques dans notre langue, parce qu'on ne la comprend pas. Tout comme des gens qui expliquent que le masculin et le féminin n'existent pas en anglais, parce que "a man" et "a woman" s'expriment avec le même article, ne comprennent rien à l'anglais. Or, Moi qui suis un tout petit rien du tout, je peux vous l'assurer, "a man" est masculin et "a waman" c'est du  féminin, même si cela se formule avec les mêmes articles et avec les mêmes accords.   

Si vous faites un petit tour par l'allemand et si je me souviens bien, vous constaterez qu'il y a quelques cas où c'est le neutre et le masculin qui se formulent de la même façon, avec les mêmes accords. Et bien, en français, c'est dans tous les cas, que le masculin et le neutre se formulent de la même façon. Vous n'êtes pas d'accord? Alors vérifiez, réfléchissez, et, comme je vous connais, vous déclarerez certainement que pour nous enseigner que lorsqu'il qualifie à la fois un masculin et un féminin, l'adjectif se met au masculin, il fallait que fussent bien crétins ceux qui décrétèrent que l'adjectif se met au masculin, lorsqu'il qualifie à la fois un masculin et un féminin. Naturellement, si vous déclarez cela, je me verrai obligé de vous désapprouver sévèrement! Ce qui ne m'empêche pas d'avoir peur que vous déclariez la même chose au sujet de l'enseignante qui prétend aujourd'hui qu'il faut le mettre au féminin au lieu de le laisser au neutre, alors qu'elle est payée avec nos sous, elle qui ne comprend même pas la langue qu'elle enseigne, ou qu'elle utilise pour enseigner.

D'ailleurs, rien que pour rire un peu, rappelons que lorsqu'on dit: "Les passagers munis d'un billet sont priés de monter à bord.", si ça signifie que seul les hommes sont priés de monter à bord, c'est en effet du masculin. Et si, en plus, ça veut dire qu'on jette les gonzesses à l'eau pour pousser le bateau pendant que les mecs se prélassent sur le pont, c'est carrément du machisme. Reconnaissez-le! Pauvres gonzesses! Surtout si des requins les poursuivent pour en faire leur casse-croute. Quoi que, dans ce cas, le bateau arrivera plus vite, parce qu'elles auront intérêt à se remuer si elles ne veulent pas se faire bouffer. Mais si la phrase signifie que messieurs les passagers et mesdames les passagèrent sont priés de monter à bord, passager est un neutre puisqu'il désigne à la fois les passagers et les passagères. Et si, comme à l'époque de ma jeunesse, ça veut également dire que les messieurs portent les bagages et aident les dames à monter à bord, c'est même de la galanterie.

Donc, contrairement à ce qui se passe dans d'autres langues, notamment le néerlandais où c'est le masculin et le féminin qui s'expriment de la même façon, avec les mêmes accords, en français c'est le masculin et le neutre qui s'expriment de la même façon. Quant aux très nombreux neutres execption, ils suivent la règle du féminin. Facile! Non?           

Pour enfoncer rien qu'un tout petit peut plus le clou, je vous présente à nouveau un ancien texte traitant de ce sujet, que vous trouverez juste avant celui-ci.

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait:"Il paraît qu'on est cernés pas les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce bon Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Et pourquoi ne pas vous abonnez?

Bise              

Posté par 161171 à 08:02 - Permalien [#]

La parabole du général

Après vous avoir présenté ce texte comme je l'explique plus bas, je vous le présente à nouveau, vous comprendrez pourquoi sans avoir besoin d'explications.

Je vous ai déjà offert ce texte le 06 05 2016, et je vous l'ai encore présenté plusieurs fois, en fonction de ce que quelques grands de ce monde venaient de raconter dans mon poste de télévision. Cette fois, c'est à cause de toute l'histoire qu'on nous fait à cause d'une madame le ministre de je ne sais trop quoi qui a cafouillé devant les plus hauts représentants du peuple, ce qui n'est pas bien. Mais surtout, vous allez comprendre pourquoi en lisant ce texte, parce que tout le monde vient me raconter dans mon poste de télévision que j'ai payé avec mes sous, que cette dame est une ministre. Dans ce cas, ne faut-il pas écrire une ministree? Et ça fait peur, car si les gens qui nous gouvernent et ceux qui font et défont l'opinion publique en nous informant ne comprennent pas la langue qu'ils utilisent, ça veut dire qu'ils ne comprennent ni ce qu'ils disent, ni ce qu'ils font. Avec ça, il ne faut pas s'étonner que le monde aille si mal.           

 

Vous êtes au courant? Il était une fois un général, qui venait d'arriver à sa nouvelle affectation. Et voilà que par une belle matinée de printemps, il fut pris d'un violent besoin de copuler. Usant immédiadement de son autorité, il appela le planton qui se trouvait à sa porte, et lui ordonna autoritairement d'aller chercher une sentinelle dans les plus brefs délais. Le brave planton courut le plus vite possible jusqu'à la sentinelle la plus proche, qui n'était rien d'autre qu'un beau militaire qui sentait bon le sable chaud, et la conduisit jusqu'au bureau du général. "Qu'est-ce que vous me ramenez-là, hurla le général furieux?!!! Vous me prenez pour un pédé?!!! Je vous ai demandé une sentinelle, et vous revenez avec un mec!!!" Le planton dut alors plaider sa cause en expliquant au général qu'une sentinelle peut être indifféremment un homme ou une femme, parce que le mot sentinelle désigne une fonction. Ce qui montre à quel point on n'apprend pas bien le français à l'école militaire.

Mais, pire encore, après ce premier échec, le général, toujours sous l'emprise de la chaleur insoutenable du rut, ordonna en hurlant qu'on allât chercher une estafette. Vous imaginez la tête du général lorsqu'il vit le planton revenir avec un bel athlète en uniforme. Il en devint même grossier. "Vous vous foutez de ma gueule, vociféra-t-il avec les yeux injectés de sang et les boutons de braguette prêts à voler dans tous les sens." Là encore, le planton dut expliquer qu'estafette est une fonction qui n'a rien à voir avec le sexe de la personne qui remplit cette fonction, ce qui prouve qu'un planton peut être plus instruit et plus intelligent qu'un général.

Mais, à propos de personne, voilà justement que notre général aboya que le planton devait lui ramener la première personne venue, de toute urgence, parce qu'il n'en pouvait plus. Il est certainement inutile d'expliquer ce que fut sa surprise quand le planton revint, encore une fois, avec une personne qui n'était rien d'autre qu'un jeune homme. Du coup, dépité, il renonça à satisfaire son besoin de copuler. Il n'osa même pas demander si on avait installé des vigies sur les toits de cette base militaire.

Vous me direz qu'on a toujours pris les militaires pour des imbéciles, et que cette histoire montre combien on a raison. Oui, mais croyez-vous qu'il soit moins bête de prétendre qu'il faut dire madame la ministre, au lieu de madame le ministre, sous le prétexte que les machistes colleront moins de torgnoles à leur femme, si on féminise des mots qui n'ont pas plus à être féminisés, qu'estafette, sentinelle, juste comme exemple, n'ont pas à être masculinisés? 

Il est question de réformer notre langue, c'est bien, mais encore faudrait-il commencer pas la connaître et la comprendre, si on ne veut pas en faire un tas de gravats. D'ailleurs, ne pourrait-on pas avoir l'impression que la réforme proposée a précisemment pour but de transformer ce joyau en un gros tas de gravats pour mettre cette langue au niveau des cancres, au lieu de faire l'effort de mettre les cancres au niveau de ce joyau?

Si nous nous unissions pour porter plainte, nous devrions obtenir des dommages et intérêts, parce qu'on a fait de nous des imbéciles en nous enseignant que le neutre n'existe pas en français, alors que nous l'utilisons à longueur de journée. Et maintenant, afin de mieux lutter contre le machisme en s'y attaquant là où il ne se trouve pas, voilà qu'on veut féminiser ce neutre qui, soit disant, n'existe pas, mais que nous utilisons pourtant à longueur de journée, sans que nos maîtres à penser ne le comprennent.     

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte               

Posté par 161171 à 08:01 - Permalien [#]

15 novembre 2017

Belgique et Espagne

Vous êtes au courant? Il y a des gens qui, en Espagne et dans d'autres pays, déclarent que la fuite de Puigdemont vers la Belgique pour éviter les foudres de la justice espagnole prouve que c'est un lâche, qui n'assume pas les conséquences de ses actes. Comme je l'ai déjà écrit sur ce blog, Moi, pôvre petit Ducon Lajoie la Marée Monte, je ne vais quand même pas avoir l'outrecuidance de donner tort ou raison à qui que ce soit dans cette affaire d'indépendantisme catalan. Et je ne vais pas non plus donner tort ou raison à Puigdemont au sujet de son salutaire voyage touristique en Belgique, où on mange de si bonnes frites, car tout le monde a le droit d'aimer les frites belges. Mais cette histoire m'amène à me demander si, lorsque le chasseur le vise, la fuite du lapin pour éviter la volée de plomb est de la lâcheté, ou de la sagesse. Tout comme je me demande si le lapin qui reste bien immobile dans la ligne de mire du chasseur fait preuve de courage, ou de bêtise. Ni l'un ni l'autre, m'a répondu ma concierge, il a besoin de lunettes.

Est-ce que fuir pour éviter les foudres de la justice est un acte de lâcheté, ou de la sagesse? Est-ce que se laisser prendre sans essayer de fuir quand il y a une possibilité d'échapper au châtiment est un acte de courage, ou de la bêtise? Certains me diront sans doute que ça dépend des causes et des circonstances, mais moi, que ce soit par prudence, par sagesse, ou par lâcheté, je me garde bien de répondre à ces questions. Et surtout, toujours sans porter le moindre jugement sur Puigdemont, j'aimerais savoir ce que feraient à la place de Puigdemont, tous ces héros de salon qui, confortablement installés dans de confortables fauteuils sur un plateau de télévision, nous expliquent si bien que Puigdemont devrait se rendre à l'invitation attentionnée de la justice espagnole, alors que cette justice le menace de lui faire passer des dizaines d'années au placard.

Et je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir sur ce blog chaque semaine pour découvrir ce que ce brave Régis à concoté pour vous amuser, ou pur vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas. 

Pourquoi ne pas vous abonnez?

Bise

            

Posté par 161171 à 08:44 - Permalien [#]

13 novembre 2017

Carnage aux USA

Vous êtes au courant? Oui, bien sûr, que vous êtes au courant. Tout le monde sait que quelque part, là-bas, aux USA, un détraqué a pris une église pour un stand de tir, juste au moment où la messe était célébrée. Comme vous connaissez certainement le résultat de cette triste opération, il est inutile que je vous le rappelle. Tout ce que je peux décemment faire, c'est présenter mes condoléances aux des familles des victimes. Et, comme vous, je déplore infiniment qu'on ne trouve pas comment empêcher ce genre de drame, tout aussi stupide qu'inhumain. 

J'ai toutefois noté que Trump en a profité pour déclarer que, heureusement, il y avait quelqu'un d'armé dans l'assitance, qui a pu mettre fin à la tuerie, en abattant le meurtrier. Si je comprends bien, cette phrase de Trump indique qu'il aurait regretté qu'il y ait eu plus de victimes, ce qui pourrait nous faire croire qu'il est humain et qu'il comprend parfois ce qui se passe dans le monde, mais aussi qu'il teint à maintenir la vente libre des armes aux USA. De mon côté, lors de la fusillade précédente aux USA, lorsqu'un fou furieux tira sur la foulle depuis une fenêtre, je me suis demandé comment il se fait que dans un pays où il y a un nombre phénoménal d'armes qui circulent, du fait qu'elles sont en vente libre, personne n'ait réussi à lui envoyer un pruneau entre les deux yeux, avant qu'il ait tué et blessé autant de monde. Qu'est-ce qu'ils sont maladroits, ces Américains! Le problème, c'est que même aux USA où ils en possèdent presque tous, les braves gens ne se promènent pas avec une arme. Si bien que cette arme, qu'ils possèdent pour se défendre, se trouve à la maison, le jour où ils en ont besoin pour se défendre. Et si jamais cela vient à l'esprit de Trump, j'ai peur qu'il fasse passer une loi rendant le port d'arme obligatoire en toutes circonstances. Pas vous? Pourtant, avec un type pareil, il faut s'attendre à tout.  

Les attentats qui furent perpétrés en Europe au cours de ces dernières décennies montrent qu'interdire la vente des armes n'empêche pas les tueries, tout comme les interventions répétées de la police pour maîtriser des forcenés fortement armés, qui ne sont même pas des terroristes, montrent que ça n'empêche même pas les gens d'être lourdement armés. Je ne vais évidemment pas prétendre pour autant qu'on doit pouvoir librement acheter son tanke ou sa bombe atomique. D'autant plus, ou d'autant moins, que rien que pour acheter une voiture et pour l'utiliser, il faut déclarer cet achat, avoir son permis de conduire obtenu au terme d'une formation précise prévue par la loi, et il faut respecter toutes sortes de règles pour l'utiliser. Dès lors, comment peut-on prétendre que n'importe qui doit pouvoir acheter n'importe quelle arme, sans contrôle? Mais l'interdiction de posséder des armes et le contrôle des ventes n'empêche rien, car la cause de ces carnages est ailleurs. Et que c'est du côté de cet ailleurs qu'il faut chercher, si nous voulons éviter ces drames. Si vous en doutez, sachez que jusqu'à l'époque de mon enfance, dans ma belle région, chacun avait son fusil, et les meurtres étaient très rares.

Ce n'est pas que je veuille donner raison à Trump que je n'aime pas du tout, mais si jamais je me trouve pris dans la foule sur laquelle tirent des détraqués, que ces détraqués soient des terroristes, ou pas, je ne serai pas fâché si une personne armée et fiable pouvait abattre les détraqués qui me tirent dessus. Et, si ce n'est pas trop demander, je demanderai même que cette personne armée et fiable abatte les détraqués avant qu'ils aient eu le temps de me faire du mal.

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce pôvre Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et n'oubliez pas de lui faire beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Pourquoi ne pas vous abonnez?

Bise  

             

Posté par 161171 à 08:55 - Permalien [#]


10 novembre 2017

A travail égal, salaire égal

Vous êtes au courant? En ce moment, dès que je regarde la télévision d'un pays européen, quelle que soit la langue parlée, on m'explique que les femmes sont moins bien payées que les hommes, y compris quand elles font le même travail. Et, dans certains pays, cette différence de salaire est très importante. Evidemment, le premier réflexe d'un idiot serait de demander: "Pourquoi? Parce qu'elles sont toutes aussi bonnes à rien dans un pays que dans l'autre?" Mais je sais bien qu'il ne faut pas dire des choses pareilles, parce que ma femme m'a expliqué que les gens me traiteraient de salaud et de machiste, parce qu'ils sont tellement bêtes, qu'ils ne comprendraient pas que je pose des questions pareilles parce que je suis complètement idiot. 

C'est pourquoi l'idiot que je suis n'ose pas vous faire remarquer que si les femmes sont moins bien payées que les hommes, ça veut dire que les hommes sont mieux payés que les femmes, et que si, au lieu de dire que ce sont les femmes qui sont moins bien payées, on dit que ce sont les hommes qui sont mieux payés, ça change tout. En effet, ça veut dire qu'employer un homme coûte plus cher qu'employer une femme qui fait le même travail. Pas vrai? Et tout idiot que je suis, je me dis que si j'étais patron, pour faire le même travail, je préfèrerais employer une femme qui coûte moins cher qu'un homme. Pas vous? Et quand un monsieur viendrait m'offrir ses services pour faire le même travail qu'une femme, je l'embauchais peut-être, mais à la condition qu'il acceptât d'être payé comme une femme qui coûte moins cher.

Si on comprend ce que je viens d'expliquer, on comprend du même coup que, puisqu'on nous dit qu'à travail égal, une femme est moins payée qu'un homme, ça veut dire que les patrons qui ne pensent qu'à gagner le plus d'argent possible sur le dos des camarades travailleurs sont tellement crétins, qu'ils préfèrent perdre de l'argent en payant un homme plus cher pour faire le même travail qu'une femme. Celle-là, reconnaissez-le, il fallait y penser! D'autant plus qu'on nous dit en même temps, que les femmes au chômage sont beaucoup plus nombreuses que les hommes. Si ce n'est pas la preuve que c'est vraiment vrai, que les patrons sont des crétins, qu'est-ce que c'est? Hein? Mais croyez-vous qu'il soit possible d'être aussi crétin que ça? Oui? Mais alors, c'est qu'il y a pire que moi! Et en plus, ce sont les chefs d'entreprise, qui sont pires que moi! C'est pour ça que notre économie va si mal! Non? Et plus crétin que moi à ce point, reconnaissez-le, la science n'arrivera jamais à l'expliquer!   

Et si jamais, comme ça, par hasard, il nous venait à l'esprit que, puisque ce n'est pas possible d'être aussi crétin que ça, les chefs d'entreprise qui ne pensent qu'à gagner le plus d'argent possible sur le dos de leurs employés, ne sont peut-être pas aussi crétins que ça, ne pourrait-on imaginer que les patrons préfèrent payer des hommes plus cher que les femmes parce qu'ils ont intérêt à embaucher des hommes qu'ils payent plus cher? Et ne pourrait-on poser ce genre de questions juste histoire de comprendre quel est vraiment la cause du problème, afin de mieux y trouver une solution, au lieu de tout de suite y voir de mauvaises pensées discriminatoires honteusement machistes?

Il se pourrait que des entreprises nous aient déjà donné l'explication à cette différence de salaire, en embauchant des dames auxquelles elles offrent de gros salaires pour occuper un poste de première importance, à la condition qu'elles signent un contrat par lequel elles s'engagent à ne pas être enceintes pendant la durée de ce contrat. Ce qui fait bondir les féministes au plafond, certes, mais peut nous amener à comprendre bien des choses. En effet, pour être pleinement opérationnel, quand on occupe certains postes dans certaines entreprises, un temps d'adaptation plus ou moins long à ce poste est indispensable. Et quelques fois, la survie de l'entreprise dépend du fait que le prédécesseur, avant de se retirer, ait bien accompagné son remplaçant pendant cette période d'adaptation. Or, si une belle madame prend ses congés maternité juste à ce moment-là, parce qu'elle tombe enceinte juste à ce mment-là, vous comprendrez dans quel embarras se trouve l'entreprise, qui ne peut remplacer cette personne au pied levé. Et si, en plus, l'accouchement se passe mal, et si elle reste longtemps arrêtée avant de reprendre le travail, on aura juste eu le temps de faire la dépense de former la remplaçante, avant de remplacer la remplaçante par la remplacée qui reviendra reprendre le travail, du moins si l'entreprise a résisté à ce choc et aux dépenses supplémentaires que cela suppose. N'est-ce pas que ça explique peut-être bien des choses? A moins, bien sûr, qu'on croit que les entreprises disposent d'un puits magique d'où elles peuvent puiser tout l'argent qu'elles veulent?

Je ne suis sans doute pas le seul à avoir pensé à ça, puisque nos maîtres ont imaginé d'imposer au papa, un congé paternité égal au congé maternité de la maman, de manière à supprimer cette raison qui, peut-être parmi d'autres, provoque la différence de salaire. Ou est-ce pour que le papa se remette de l'accouchement de la maman qu'on lui accorde ce congé paternité? Non? C'est bien pour supprimer la raison qui provoque la différnce de salaire? Oui? Qu'ils sont intelligents! En effet, si les patrons n'ont plus intérêt à mieux payer les hommes que les femmes pour cette raison, ils cesseront de mieux payer les hommes que les femmes. Mais il faut être bien naïf pour croire que les femmes seront payées comme les hommes, au lieu de comprendre que ce sont les hommes qui seront payés comme les femmes. C'est à dire qu'au lieu de payer le mari d'une femme, plus que cette femme, son mari sera moins bien payé, puisque les messieurs seront payés comme les dames, du fait qu'ils coûteront tout aussi cher que leur épouse et posera les mêmes problèmes, lorsque cette dernière accouchera. A moins qu'ils signent un contrat par lequel ils s'engagent à ne pas procréer, pour assurer le patron que la nouvelle recrue ne prendra pas son congé paternité au mauvais moment pour l'entreprise. Forcer des messieurs à signer ce type de contrat fera sans doute bondir les masculinistes, comme imposer aux femmes de signer ce type de contrat, fait bondir de nos jours, les féministes.

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte.

N'oubliez pas de venir sur ce blog chaque semaine pour découvrir ce que ce brave Régis à concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et n'oubliez pas de lui faire beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Pourquoi ne pas vous abonner?

Bise              

Posté par 161171 à 08:48 - Permalien [#]

07 novembre 2017

Problèmes d'immigration

Vous êtes au courant? Au cours des dernières années, la presse nous a informés qu'au coeur de la France profonde, de graves conflits opposèrent des immigrés issus de l'immigration récente, à la faune locale installée là depuis des générations, voir depuis des millénaires. Par exemple, on nous a parlé d'un ball-trap qui s'est installé dans un petit hameau où des gens vivaient paisiblement depuis toujours. Et, chose incroyable, sous le prétexte qu'ils étaient chez eux, les autochtones eurent l'outrecuidance de se pleindre des nuisances provoquées par cette activité pratiquée à leur porte, ce qui montre combien ils sont xénophobe et peu accueillants lorsque des habitants de la ville voisine immigrent chez eux pour s'y divertir.

Il y a aussi eu cette histoire de mare aux grenouilles. Figurez-vous que sous le prétexte que cette mare avait toujours été là avec ses grenouilles, les propriétaires des lieux embêtèrent honteusement des citadins qui venaient d'acheter une maison voisine, et qui ne supportaient pas le chant mélodieux de ces hideux batraciens. Vous imaginez certainement l'enfer que vécurent ces citadins habitués au bruit des voitures et qui, tout à coup, non seulement sont privés du doux ronronnement des moteurs mais, en plus, sont soumis aux bruits de la nature. C'est pour ça que monsieur le juge, grâce à son jugement de juge infaillible, au lieu de condamner les nouveaux venus à aller se faire pendre ailleurs, condamna les propriétaires de la mare à boucher cette dernière pour, du même coup, faire cesser les intolérables croassement des grenouilles. Mais, de mauvaise foie, les propriétaires de la mare n'obéirent pas, sous le prétexte qu'un autre juge, au nom de la défense de la nature et au mépris de la tranquilité des pauvres citadins qui venaient d'immigrer là, interdît qu'on bouchât la mare aux grenouilles.

Il y eut aussi ces pauvres citadins qui firent construire leur belle maison de campagne en pleine nature, mais juste à côté d'une usine. Et non contente de se trouver là depuis si longtemps, cette usine était aussi très active et bruyante. Certes, jusque-là, ça n'avait jamais gêné personne, puisque personne n'habitait près de cette usine, mais est-ce une raison pour rester là lorsque des citadins qu'on n'est pas allé cherchés viennent faire construire leur maison juste à côté? Non, estima un juge plein de sagesse, à moins de rester là et de continuer son activité sans faire du bruit aux oreilles de ces braves gens qui venaient de s'installer tout près. Pour cesser de faire du bruit aux oreilles des nouveaux venus, évidemment, l'entreprise devait déménager, ou faire de grosses dépenses pour pouvoir travailler sans faire de bruit. Si je me souviens bien, n'en ayant pas les moyens, surtout après avoir été condamnée à payer une lourde amende pour avoir importuné ses voisins, l'entreprise ne fit ni l'un, ni l'autre. Elle cessa tout simplement son actité, ce qui priva son bruyant personnel de travail.        

Et maintenant, voilà que dans son numéro d'octobre,The Bugle, un journal publié en anglais et distribué gratuitement, on nous explique que des résidents anglais, corses, belges et parisiens ayant choisi de s'offir une résidence secondaire dans le petit village alpin de Le Biot, vivent un véritable enfer à cause des vaches qui trimbalent leurs clôches nuit et jour. "Ils pourraient bien faire paître leurs vaches plus haut, il y a de la place, là-haut, clament les victimes." Oui, mais les autochtones, avec le maire en tête, déclarent que les vaches ont toujours été là, et que contrairement aux plaignants qui ne viennent là que pendant la belle saison, elles y sont toute l'année, et que sans elles, il faudrait tondre et entretenir ces terres autour du village, ce que font gratuiement les vaches qui, en plus, donnent du bon lait, alors que sans elles, il faudrait payer pour tondre et entretenir ces terres autour du village. Et puis, mesquins comme il le sont, je devine qu'ils sont prêts à rajouter que plus les vaches sont loin, plus ça coûte cher de faire le trajet pour aller les traire et pour ramener le lait.

Heureusement que ce maire ni aucune des personnes ayant maille à partir avec des gens venus de la ville pour profiter des joies qu'offrent la campagne n'a dit que tous ces petits trous du cul qui viennent faire chier des gens qui vivent tranquillement chez eux, et qui veulent que tout le monde change sa façon de vivre pour satisfaire leurs désirs, n'ont qu'à foutre le camp et retourner là d'où ils viennent! Non, à ma connaissance, personne n'a dit cela, et heuseusement, car une telle grossièreté serait impardonnable. Mais après ça, quand nous entendons nos maîtres à penser prétendre que l'immigration ne pose aucune problème........

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce brave Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Pourquoi ne pas vous abonnez?

Bise                       

Posté par 161171 à 07:25 - Permalien [#]

04 novembre 2017

Kostbare start Rutte III

Vous êtes au courant? Il y a des gens qui ne savent même pas qui est Rutte. Il y en a qui croient qu'il s'agit d'un animal en chaleur, ou du surnom de Rocco. Hou, la honte!!! Il ne savent même pas que c'est le premier ministre d'un pays européen presque aussi grand que la Catalogne, puisqu'il est le premier ministre des Payas-Bas. Et figurez-vous qu'il a gagné les élections depuis des mois, mais qu'il n'a encore absolument rien fait, à part essayer de former un nouveau gouvernement sans y parvenir, du fait que ce pays bénéficie de la merveilleuse proportionnelle dont Macron et d'autres veulent nous accabler. Autrement dit, il a mis tout ce temps juste pour signer des accords avec ceux qui ont perdu les élections, mais il a quand même fort bien gagné sa vie. Mais maintenant, ça y est, il a réussi à former un vrai gouvernement qui va gouverner, et il commence fort. Il commence même très fort. 

En effet, ce chef de gouvernement commence par distribuer les postes de ministres aux membres de son gouvernement et, pour cela, il doit bien créer les ministères nécessaires pour en faire cadeau aux membres de son gouvernement. Et ou il fait vraiment très fort, c'est quand il garde un ministère, dont il change le nom. Surtout quand c'est pour passer de "Veiligheid en justicie" à "Justicie en veiligheid". Vous voyez la différence? Au lieu d'avoir le ministère de la "Justice et de la sécurité", désormaiis, le même ministère se nommera ministère de la "Sécurité et de la justice". Avec ça, n'en doutez pas, la politique menée dans ce domaine ne sera plus du tout la même! Le problème, le tout petit problème de rien du tout qui apparaît avec le changement de nom des ministères, c'est que ça coûte des millions. Vous ne me croyez pas? Pourquoi vous mentirais-je? D'ailleurs, ce n'est pas moi qui le dit; je traduis simplement ce qui est écrit dans De Telegraaf paru le mardi 23 oktober 2017. "Andere naam voor ministeries gaat miljoenen kosten" Et dans ce journal, ils estiment que le troisième gouvernement de Rutte, rien qu'avec ce changement de nom des ministères, va coûter deux à trois millions d'euros, avant même d'avoir pris la moindre décision politique. Qu'est-ce ça peut bien nous faire, direz-vous, puisque c'est le contribuable Hollandais qui paye? 

Et malins comme je vous connais, vous allez surtout demander pourquoi changer le nom des ministères coûte si cher. Et bien, mes bien chers frères, mes bien chères soeurs, et les autres, ils expliquent dans De Telegraaf que c'est parce qu'il faut refaire tous les imprimés, ainsi que toutes les adresses, et changer toutes les plaques de tous les ministères dans tout le pays, et cela pour tous les bureaux rattachés à chacun des ministères. Rien que pour le ministère de la justice et de la sécurité, les nombreuses prisons de ce pays dépendant du ministère de la justice, doivent changer leur adresse et les plaques des portes d'entrées, et refaire tous les documents imprimés les concernant. Cela répété pour chaque ministère finit, en effet, par coûter très cher. Evidemment, vous vous en moquez, puisque ce sont les Hollandais qui payent!

Oui, mais chez nous, lorsque le beau et bien aimé François II de Hollande a été élu président de la République française, si je me souviens bien, il nous a créé un nombre phénoménal de ministères, dont certains avec des noms à rallonge et bizzares, alors que l'Allemagne en avait deux fois moins, pour presque deux fois plus d'habitants. Or, je n'ai pas lu dans De Telegraaf, ni dans aucun journal français ou étranger, combien cela nous a coûté. Et pourtant, là, c'est bel et bien le pauvre contribuable français qui a payé. Et son successeur n'a pas créé autant de ministères pour récompenser les amis qui le soutiennent, en  leur offrant généreusement un prestigieux poste de ministre bien payé avec notre argent, mais il a quand mêm bien créé de nouveaux ministères avec de nouveaux noms, comme le font tous nos bien aimés présidents de la république française, dès qu'ils sont élus. Vous allez peut-être me trouvez mesquin, mais je voudrais savoir combien ça nous coûte à chaque fois! Et si, au lieu de laisser ça au caprice de nos élus qui se prennent pour Louis IV, on pouvait instaurer un nombre immuable de ministères, avec le nom de chacun bien établi et définitif, ce qui ne devrait pas empêcher pour autant leur adaptabilité à l'évolution du monde, ça me ferait bien palisir. 

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte.

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce brave Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Pourquoi ne pas vous abonnez?

Bise                           

Posté par 161171 à 15:22 - Permalien [#]

30 octobre 2017

Les limites

Vous êtes au courant? Il paraît que je suis complètement loufoque, parce que j'explique que dans mon poste de télévision que j'ai payé avec mes sous, quelque soit la nationalité de la chaîne choisie, j'y vois des journaux télévisés et des émissions d'information, au cours desquels des gens, dans le monde entier, réclament plus de démocratie, y compris dans des pays connus pour être des pays dotés d'une constitution démocratique depuis des siècles. C'est à dire, y compris en France! Evidemment, en France comme à l'étranger, de braves gens adeptes inconditionnels de ce qu'on appelle le démocratie représentative, répondent à cette demande que réclamer plus de démocratie dans une démocratie est une loufoquerie, ou quelque chose dans le même genre, ou pire encore.

Pour ma part, j'admets d'autant mieux que suis complètement loufoque que, étant donné mon état, je ne me rends pas bien compte de ce que cela signifie. Oui, mais est-ce vraiment une loufoquerie que de réclamer plus de démocratie en France? Surtout quand on se souvient que le peuple de notre belle république dite démocratique vota non à la constitution européenne, lors du référendum célébré à ce sujet, et que nos prétendus représentants nous imposèrent cette constitution, sous le prétexte qu'ils en ont le droit, et même le devoir, puisqu'ils furent élus par le peuple, qui a refusé cette constitution lors du référendum qui lui fut consacré. Je ne sais pas si vous trouvez que c'est ma façon de présenter les choses qui est loufoque, ou si ce sont ceux qui prétendent que nous sommes dans une démocratie, lorsqu'ils estiment que les gens élus par le peuple agissent d'une manière démocratique en imposant au peuple ce que le peuple a refusé en votant directement.

Naturellement, la dite démocratie représentative est de loin préférable au pouvoir absolu, mais nous en voyons les limites avec ce qui précède et tout ce que nous pourrions rajouter, ainsi qu'avec ce qui se produit en Espagne au sujet de la Catalogne. Sans vouloir nous en mêler, sans prendre fait et cause pour les uns, ou pour les autres, imaginez que l'Espagne soit dotée d'une constitution combinant la démocratie directe et la prétendue démocratie représentative, aussi bien à l'échelle locale, que nationale, avec les compétences de chaque entité clairement définies par le peuple. Et cela au sein d'un Etat européen fonctionnant sur le même modèle. D'autant plus que, comme je l'ai expliqué il n'y a pas bien longtemps, on nous dit que la majorité des Catalans est opposée à l'indépendance. Si c'est vrai que la majorité des Catalans est opposée à l'indépendance, de toute évidence, avec ce genre de constitution, les Catalans auraient eu droit à leur référendum et auraient voté non à l'indépendance. Ainsi, cette affaire serait résolue depuis longtemps, alors que quelque soit le cours que prendront les évènements actuels, les Espagnols n'auront toujours rien résolu du problème que pose l'indépendantisme catalan, qui ressurgira tôt ou tard. 

Je vous conseille de lire les deux textes qui précèdent celui-ci. Ce faisant, vous comprendrez certainement.

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît que nous sommes cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte.

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce pôvre Régis à concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et n'oubliez pas de lui faire beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible, si vous n'aimez pas.

Pourquoi ne pas vous abonner?

Bise                    

Posté par 161171 à 08:08 - Permalien [#]

Démocratie directe

Je vous ai présenté ce texte le 31 mai 2017 pour la première fois. Vous comprendrez pourquoi je vous le présente à nouveau de temps en temps en le lisant. 

Vous êtes au courant? Je ne m'appelle pas Régis Ducon Lajoie la Marée Monte pour rien. Il y a quelques dizaines d'années de cela, je me sentais bien seul, et je me faisais traiter de con par tout le monde. Y compris par de plus cons que moi! En effet, je sais que vous aurez du mal à le croire, mais plus con que moi, ça exsite! Pourquoi me traitait-on tellement de con, demanderez-vous avec raison, les gens sont-ils si méchants? Oui, répondrai-je, à moins que ça ne soit pas de la méchanceté. Le problème venait de ce que j'avais constaté qu'on nous parle beaucoup de démocraite dans nos prétendues démocraties, mais qu'avec notre démocratie représentative, la caste de nos politiciens et politicards en tous genres, ainsi que la caste de nos intellectuels, considèrent que nos élus font preuve de courage politique quand il n'agissent pas selon la volonté du peuple, et font du populisme quand ils veulent agir selon la volonté du peuple. Et en plus, on trouve normal que des gens élus par le peuple sur un programme électoral, soient empêchés d'appliquer le programme électoral sur lequel le peuple les a élus. Mais qu'est-ce la démocratie sinon le fait d'agir selon la volonté de la majorité du  peuple? Je me faisais traiter de con, rien que pour faire de telles observations.

Donc, il y a quelques dizaines d'années, je me sentais bien seul. Car, en plus de faire les observations que je viens de vous présenter, avec toutes celles qui en dérivaient logiquement, je ne voyais qu'une façon de résoudre le problème pour offrir une vraie démocratie au bon peuple de France, et sans doute au bon peuple de quelque Etat que ce soit: ajouter une part de démocratie directe à notre prétendue démocratie représentative. Et c'est là que mes interlocuteurs restaient interloqués! Puis ils me regardaient avec pitié, mais hélas aussi avec haine, et me traitaient d'infâme con! Car vous ne le savez peut-être pas, mais les braves gens haïssent les cons. Avec les confidences que je viens de vous faire, vous comprendrez combien la vie fut dure pour le petit être fragile que je suis! Mais, petit à petit, je me suis courageusemant habitué à mon sort de pauvre con, et voilà que maintenant que je m'y suis habitué, on ne me traite plus de con lorsque je parle de démocratie directe. Au contraire, je ne me sens plus seul, puisque j'en entends parler de plus en plus souvent par d'autres! A tel point qu'il y a une association, ou quelque chose dans le même genre, qui réclame, elle aussi, qu'on nous offre une part de démocratie directe.

Vous pouvez les trouver sur internet, mais je ne sais pas du tout ce qu'ils valent, et si la part de démocratie directe qu'ils réclament ressemble vraiment à la mienne. En tout cas, vous pouvez toujours les contacter et adhérer à leur mouvement si ce qu'ils offrent vous intéresse. Mais attention, soyez prudents! Et moi, de mon côté, je vais continuer à leur faire un peu de PUB, de temps en temps, et à prêcher la bonne parole, en expliquant aussi bien que possible comment il faudrait faire les choses pour qu'elles soient bien faites, car si jamais elles ne sont pas bien faites, elles seront mal faites. Pas vrai? Ou, en langage d'adulte, il ne s'agit pas de faire n'importe quoi n'importe comment pour semer une pagaille monstre avec des référendums qui pleuvent de tous les côtés, et qui font et défont ce qu'ils ne cessent de faire et de défaire. Vous comprenez? Si oui, c'est que vous êtes gentil, parce que moi, je ne comprends pas très bien ce que je viens d'écrire, mais je vous fais confiance.

Une prochaine fois, je vous le promets, en plus de ce que j'ai déjà suggéré sur ce blog à ce sujet, je vous présenterai des éléments complémentaires pour mettre en place cette mesure de manière à la faire fonctionner correctement, cette part de démocratie directe qui ne coûterait pas cher, et permettrait de réduire considérablement l'appareil de notre démocratie représentative, ce qui représenterait d'énormes économies.

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce brave Régis a concocté pour vous amuser ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui surtout de la PUB si aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Bise              

Posté par 161171 à 08:05 - Permalien [#]