Vous êtes au courant? L'autre jour, alors que je regardais tranquillement les informations, j'ai cru qu'on présentait une nouvelle adaptation cinématographique d'Astérix et Obélix. Mais ce qui m'a paru bizarre, c'est que ces deux personnages péroraient devant les caméras en costume cravate, soit une tenue totalement anachronique. Et en plus, ils évoluaient devant un de ces magnifiques édifices que seul les Romains savaient construire en ce temps-là. J'ai d'abord logiquement cru qu'ils se trouvaient à Rome, jusqu'au moment où j'ai reconnu ce grand bâtiment de pierre: La Maison Blanche! C'était la Maison Blanche! Astérix et Obélix à la Maison Blanche? Impossible! Elle n'existait pas encore à leur époque! C'est à partir de ce moment que, en regardant bien, j'ai fini par comprendre qu'il ne s'agissait pas d'Astérix et d'Obélix, mais de Trump et de Macron. Ce qui me fut d'ailleurs confirmé pas les commentaires que distillait mon poste de télévision. Oui, mais quelle vision magique avais-je eu! 

Vous allez sans doute penser que j'ai la cervelle quelque peu dérangée pour avoir cru reconnaître Astérix le gaulois et son ami tout aussi gaulois Obélix, en la personne de Trump et de Macron, mais en observant soigneusement les images qu'on nous a montrées de cette rencontre, vous admettrez que la ressemblance est telle, qu'ils devraient éviter de se montrer ensemble pour que quelques hurluberlus dans mon genre n'aient pas cette impression. D'autant plus qu'ils nous offrirent une pantomime digne des bandes dessinées les plus débridées. Bien que n'étant pas un expert en la matière, je peux vous garantir que le couple Trump-Macron n'est pas juif orthodoxe, car les juifs orthodoxes ont bien le droit de s'aimer, et même de s'aimer à la folie, mais ils n'ont pas le droit de se toucher en public, alors que le Trump et le Macron ne s'en privèrent pas, de se toucher, de se caresser, de se "papouiller", de se bisouiller, de se promener en se tenant tendrement par la main devant les caméras du monde entier. En voyant ce que furent leurs ébats en public, je n'ose imaginer à quel point ils furent torrides dans l'intimité. Ha!... l'amour, l'amour, toujours l'amour, que c'est beau, l'amour! Oui mais, avare que je suis, quand je pense à ce que ce beau voyage en compagnie de son épouse a couté au contribuable français, pour que Macron aille se faire papouiller par Trump, et pour qu'il aille aussi se faire applaudir par les membres flagorneurs du congrès américain, puis par quelques universitaires américains tout aussi flagorneurs que leurs congressistes, j'en fais une jaunisse! 

Car notre petit Astérix a beau être assez vaniteux pour croire qu'un tel voyage, avec ces échanges de papouilles, va vraiment influencer la politique menée par le gros pataud de Trump, en regardant bien les images qu'on nous a présentées à ce sujet, il finira par comprendre que les USA sont un grand pays avec, bon ou mauvais, un grand président à l'échelle de ce grand pays, qui a épousé un grande femme à sa taille, qui porte un gigantesque soutien gorge en béton armé, nécessaire pour projeter en avant ses énormes attributs qui tomberaient par terre de tout leur énorme poids sans ce soutien, mais qui sont eux aussi à l'échelle de ce grand pays, alors que la France n'est qu'un tout petit pays, avec un tout petit président gringalet à l'échelle de notre petit pays, qui a épousé une petite épouse toute fluette, à l'échelle, elle aussi, de notre petit pays, qui voudrait donner des leçons au grand géant. Quand nous leur envoyons un petit président pareil à l'échelle de notre petit pays, avec la prétention d'influencer leur politique, éblouis par tant d'arrogante naïveté, ils ne peuvent qu'applaudir à s'en péter les jointures, et ricaner en douce à s'en péter la bedaine. Quel cruauté! Si ces Américains étaient de braves gens, au lieu d'applaudir de la sorte, ils nous conseilleraient d'arrêter de nous couvrir de ridicule. D'autant plus que nous ne gênons pas, nous, pour dénoncer avec mépris les extravagances et les ridiculeries des Américains et de leurs présidents. Pas vrai? 

Moi, je n'oserais jamais aller la-bas exiber une toute petite épouse à l'échelle de la France. Les Américains ont certainement compris que quand le couple Macron voyage en montgolfière, il a intérêt à emporter du lest, si il ne veut pas que la brise les mette en orbite, alors que lorsque la femme de Trump voyage en montgolfière, même par grand vent, elle n'a pas besoin d'emporter du lest, ni son lourdaud de mari; sa poitrine suffit! Et quand il faut en lâcher, du lest, elle n'a qu'à se pencher par dessus bord, et enlever son soutien gorge. Pour lester à nouveau, elle n'a qu'à tout remonter pour remettre son soutien gorge. Et en plus, notre président veut donner des leçons à Trump, alors qu'on nous annonce que nous avons enfin un tout petit peu moins de ce chômage que nous sommes les seuls à trainer en permanence depuis les premiers chocs pétroliers des années soixante dix, tandis que les Américains et beaucoup d'autres en ont toujours eu beaucoup moins que nous entre les différentes crises qui émaillèrent le passage du temps depuis cette époque. Certes, durant ces crises, le nombre de chômeurs a douloureusement augmenté chez les autres, mais il a aussi augmenté chez nous en période de crise, alors que chez nous, en plus d'être resté très élevé quand il diminuait chez les autres entre deux périodes de crise, il a aussi augmenté en période de crise comme chez les autres. Pas vrai? Et quand on nous parle des pauvres des USA et des autres, nous oublions facilement le nombre de pauvres qui, chez nous, meurent chaque année de faim et de froid dans la rue depuis les années soixante dix. Oui, les Américains sont cruels quand ils applaudissent si fort notre président qui va chez eux leur donner des leçons de multilatéralisme, alors qu'avec les mesures de protectionnisme de Trump, nous devons bien admettre que des usines dont la construction était prévue dans d'autres pays, furent construites aux USA dès que les mesures de Trump furent annoncées. Cela, bien entendu, avec la création d'emplois et de richesses aux USA que cela suppose. Et le nombre d'emplois perdus aux USA à fortement diminué, tandis que le nombre d'emplois créés y a fortement augmenté, même si, il est vrai, malgrè ces résultats, les valeurs américaines ont illogiquement perdu de la valeur. Vous voyez ce que je veux dire?

Avec tout ça, le Trump a beau être un gros lourdaud empoté de la cervelle, et du reste, j'ai bien peur que ce ne soient pas les poupouilles de Macron qui lui feront faire du monolatéralisme, ou du multilatéralisme, dont lui a parlé Macron, mais les résultats obtenus par son pays, comparés à ceux obtenus par le notre, et par l'Europe. Et comme c'est nous qui payons ce que coûtent ses voyages, je propose que Macron fasse lui-même payer les spectateurs quand il va se faire applaudir en Inde, aux USA, ou dans n'importe quel pays, et qu'il mette la recette au budget de l'Etat, pour rembourser partiellement le citoyen contribuable français, qui finira par en avoir plus qu'assez, que nos présidents et d'autres se payent de beaux voyages pour aller faire les beaux dans de beaux pays, sur le compte du contribuable français.  

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Marée Monte.

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce bon Régis a concocté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le plus possible si vous n'aimez pas.

Bise