Vous êtes au courant? Je ne voudrais pas avoir l'air de pleurnicher sur mon sort, mais il y a un vieux monsieur à la retraite que je connais bien. Et en plus d'être vieux et à la retraite, il a perdu sa femme il y a à peine sept mois. Evidemment, nous trouverons bien quelqu'un ayant assez d'humour pour s'écrier: "Il a perdu sa femme? Bien fait pour lui, il n'a qu'à faire attentions à ses affaires!" Mais, hélas, il n'a pas perdu que sa femme. En effet, avec leurs deux petites retraites, ils parvenaient à mener une petite vie de petits Français moyens à la retraite. Ils vivaient petitement, chichement, mais ils ne s'en plaignaient pas. Maintenant, par contre, en plus du chagrin du veuvage, le vieux monsieur doit se serrer la ceinture, parce que le loyer de 600 euros mensuel à payer avec les deux petites retraites, était supportable. Mais, maintenant, le vieux monsieur n'a plus qu'une retraite pour vivre, la sienne, et les 600 euros à payer sont toujours 600 euros. Mais il a droit à la reversion, direz-vous. Oui, en effet, et c'est justement ce dont je compte vous entretenir pour vous faire grincer des dents, et vous inquiéter à propos de votre propre avenir de retraité, car ce qui lui arrive, vous guette, alors qu'on vous aura beaucoup fait payer tout au long de votre vie.

Encore une fois, je ne voudrais pas avoir l'air de pleurnicher sur le sort de ma petite personne mais, vous l'aurez compris, le vieux monsieur, c'est moi, et figurez-vous que j'ai reçu un courrier m'indiquant qu'ayant droit à la reversion, je vais toucher ma propre retraite de 1150 euros, ce qui n'est pas beaucoup. Pour commencer, quand on sait ce que j'ai versé tout au long de ma vie, avec un salaire d'ouvrier hautement qualifié qui travaillait soixante heures par semaine, comme tous ceux qui ne travaillaient pas dans un secteur privilégié, et j'ai même cotisé comme assimilé cadre pendant quelques temps, on se demande pourquoi je touche aussi peu, alors que des gens qui n'ont jamais cotisé touchent presque la même chose. Mais surtout, sur ce même courrier, on m'indique que j'ai droit à la reversion, mais que, étant donnée ma situation, on me retient 670 euros par mois sur la reversion. Si bien qu'avec la reversion et ma retraite, je touche 1174 euros par mois. Sur le moment, je n'ai pas vu la différence! Et en plus, avec ce peu que je gagne, je reste soumis à l'impôt! Heureusement qu'il y a la complémentaire, n'est-ce pas? En effet, car avec la complémentaire, ça va me faire un revenu d'environ 1600 à 1800 euros, je ne sais pas encore exactement, car il paraît que tout est réglé en quatre mois, mais depuis sept mois que ma femme est morte et que j'ai entrepris les démarches nécessaires, je reçois encore des courriers qui ne cessent de me surprendre. Et n'oublions pas qu'avec ça, si j'en crois le courrier que j'ai reçu, je reste soumis à l'impôt.   

Si j'étais le seul dans ce cas, je ne vous rapporterais pas ce qui arrive à ma petite personne, qui n'a pas beaucoup d'importance; je vous rapporte ce qui m'arrive, parce que nous sommes très nombreux dans le même cas, alors que nous avons beaucoup versé. Ou plutôt, on nous a beaucoup racketté tout au long de notre vie, en nous promettant que cela allait nous procurer une agréable vieillesse. Nous fûmes en effet beaucoup rackettés, puisqu'il faut compter les retenues effectuées directement sur notre salaire brut, et tout ce que les entreprises pour lesquelles nous avons travaillé ont payé. "Pas du tout, s'écrieront les naïfs! Ce que payent les entreprises est payé par les patrons et c'est bien fait pour eux! Na!" Oui, répondrai-je en utilisant une formule qui m'est familière, mais pour payer tout ce que doivent payer les patrons, ou leur entreprise, ce qui revient au même, est-ce que les patrons vont faire des ménages la nuit et le dimanche, après avoir fait leur travail dans leur entreprise? Non, bien sûr que non, répondrez-vous. Alors, nous devrons bien admettre que ce qu'ils payent se trouve dans le prix de vente de ce que nous achetons et ne se trouve pas dans notre salaire. N'est-ce pas? C'est donc bien nous qui payons ce que nous payons, plus ce que paye l'entreprise. Et ce que paye l'entreprise additionné à ce que nous payons, ça fait que nous payons beaucoup.  

Et là, tout à coup, il y a un petit mec qui arrive, et qui décide de nous enlever une bonne partie des droits que nous avons acquis pour, dit-il, favoriser le travail! Vous me direz qu'il a été élu, et je vous répondrai que oui, mais il a été élu avec environ 21% des voix. Pas vrai? Est-ce dire avec les voix des 21% de nantis que compte notre pays? Si c'est ça, tout s'explique! Mais, moi, je propose de faire quelque chose dont Macron ne veut pas, c'est à dire de combiner la démocratie directe et la prétendue démocratie représentative, avec la voix du peuple qui passe avant celle des élus, afin que le peuple ait le pouvoir d'imposer à Macron de vivre comme il m'impose de vivre, et comme il l'impose à tous les petits vieux qui sont dans le même cas que moi.

Vous voyez bien qu'il faut absolument faire la réforme constitutionnelle et la réforme fiscale que je propose régulièrement sur ce blog dans le texte intitulé: Détails importants, et dans: Ma réforme fiscale et Hamon .

Je me demande si, par hasard, Coluche n'avait pas raison quand il disait: "Il paraît qu'on est cernés par les cons. C'est vrai, mais on se rend pas compte à quel point."

Régis Ducon Lajoie la Monte

N'oubliez pas de venir chaque semaine sur ce blog pour découvrir ce que ce brave Régis a concocrté pour vous amuser, ou pour vous faire grincer des dents. Et faites-lui beaucoup de PUB si vous aimez, ou dénoncez-le le plus possible si vous n'aimez pas.

Bise